Mylène Farmer, la star aux deux visages de Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet

Mylène Farmer : la star aux deux visages

Autrices : Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet

L’Archipel, collection Archipoche, 2009, 2019 (édition augmentée), 268 pages.

Le travail de Mylène Farmer m’intéresse depuis mon enfance. Son côté différent et sulfureux a toujours piqué ma curiosité. Mais c’est préadolescent que je deviens fan de la chanteuse avec l’album L’Autre et son titre phare, Désenchantée. Depuis, les chansons de l’artiste m’ont accompagné dans toutes les étapes de ma vie.

Les biographies de Mylène Farmer sont nombreuses et tentent de mettre en lumière la vie et le travail d’une artiste discrète et complexe. J’avais déjà lu en 2003, Mylène Farmer : La part d’ombre de Caroline Bee, Benjamin Thiry et Antoine Bioy, aux éditions de L’Archipel, dont j’avais apprécié les riches explications sur les nombreuses références qui nourrissent l’univers de l’artiste et ses textes. Lorsque Babelio, par l’entremise d’une opération Masse critique, m’a proposé de découvrir cette biographie signée Brigitte Hemmerlin et Vanessa Pontet, en tant que fan j’ai sauté sur l’occasion. Merci aux éditions de L’Archipel pour cet envoi en échange d’une critique objective. Lire la suite

Monkey Me de Mylène Farmer

En cette fin d’année, Monkey Me marque le grand retour de Mylène Farmer accompagnée de son compositeur de toujours et pygmalion, Laurent Boutonnat. Après la parenthèse Bleu Noir où la chanteuse avait innové en allant chercher Moby, Darius Keeler du groupe Archive, ou RedOne, elle semble s’amuser cette fois-ci à un retour aux sources et nous propose un passage en revue de sa riche carrière avec de multiples références. Les fans seront ravis de retrouver leur artiste qui dit beaucoup d’elle sur cet album.

L’album débute avec le très fort et réussi, Elle a dit, l’histoire d’une fille qui assume son homosexualité, comme une forme d’hommage à ses nombreux fans LGBT. Le texte est beau, le rythme entêtant, l’album commence très fort ! Suit le premier single, A l’ombre, un titre up-tempo très réussi, où la chanteuse semble nous raconter sa jeunesse entre rêves de célébrité, hivers canadiens et érables, mais aussi le temps qui passe…

Le titre suivant sonne léger et décalé… Monkey Me où Mylène parle de son singe récemment disparu. Les paroles sont drôles, le rythme mid-tempo très entêtant, la voix très travaillée, une nouvelle fois un titre excellent. Malgré des synthé un peu envahissant, Tu ne le dis pas est aussi une réussite. Un refrain entraînant, des paroles reprenant les angoisses de l’artiste autour de la fragilité du monde et de la vie.

Le titre suivant, Love Dance, fait débat. Trop léger pour certains, je le vois comme un hommage sympathique et dansant à Maryline Monroe entre paroles décalées en anglais,  » Happy Birthday  » en fin de chanson et coupe de cheveux blonde inattendue pour la plus célèbre des rousses…

Quand est une ballade aux paroles alambiquées et assez sombres. La fin d’un amour ? Les références et symboles sont multiples, notamment autour de Saturne (le froid, le changement, la morosité), avec l’influence de Pierre de Brach (poète de la fin du 16e siècle). Un son simple et efficace avec un beau pont musical de saxo. Une pause bienvenue au milieu de l’album.

On regrettera une transition un peu violente avec le titre J’ai essayé de vivre… et ses accords de synthé-guitare un peu trop agressifs dans les premières secondes. Dommage car le reste du titre, plutôt rock, est très bon et les paroles assez riches font échos aux anciens albums de l’artiste.

Suivent deux titres assez moyens, pour moi les moins bons de l’album : Ici-bas et A-t-on jamais. Ici bas est une sorte de prière à Marie, flirtant vers le rap, où l’on retrouve le thème du libre arbitre, le pantin de bois (de Sans contrefaçon ?). Si le rythme est imparable, je ne suis pas franchement convaincu par le titre… Sans surprise. Même chose pour A-t-on jamais, un refrain un peu planant, mais un titre globalement bien plat.

Plus surprenant et inattendu est le titre Nuit d’hiver qui propose un sample d’une chanson culte de l’album Cendres de Lune, Chloé. Un titre sombre, presque expérimental, qui joue à fond la carte de la nostalgie. Un OVNI total comme seule Mylène sait nous en proposer.

A force de… est une belle chanson à l’image de cet album, plutôt optimiste, avec une voix très travaillée, des rythmes entêtants mais un synthé un poil trop agressif.

Avec Je te dis tout, l’album se termine en beauté. Mylène nous propose l’une de ses plus belles ballades. Un piano voix somptueux, soutenu par quelques violons et des arrangements magnifiques. Des paroles superbes et émouvantes. Ce dernier titre mérite à lui seul le détour.

Au final, malgré un petit passage à vide au milieu, ce Monkey Me est une réussite. Mylène Farmer nous propose un album de très grande qualité, plutôt optimiste qui devrait faire mouche lors des concerts à venir.

Mylène Farmer : Bleu Noir

Bleu Noir - Edition Limitée

Le nouvel album de Mylène Farmer est dans les bacs et le moins qu’on puisse dire c’est que ce Bleu Noir est une réussite. La chanteuse fait sa révolution, exit Laurent Boutonnat, son compositeur de toujours et bonjour à Moby, RedOne et Darius Keeler. On ne présente plus le premier, RedOne a notamment produit les plus gros succès de Lady Gaga quant à Darius Keeler, il est le leader du groupe Archive. Bref du très beau monde pour entourer Mylène…

Le résultat est de grande qualité, un peu désarçonnant pour les fans qui doivent d’habituer à de nouveaux sons, mais les mélodies sont toujours aussi imparables et les paroles signées Mylène Farmer magnifiques…

1. Oui mais… non : On ne présente déjà plus ce tube qui a servi de rampe de lancement à l’album. Juste Excellent.

2. Moi je veux… : Très belle mélodie qui rentre bien dans la tête autour de la mélancolie, de l’ennui et de l’amour.

3. Bleu Noir : Superbe chanson rock où l’on retrouve les thèmes chers à Mylène, la mort et l’amour. Elle y parle de sa vie et de sa mort sur une mélodie mid-tempo magnifique.

4. N’aie plus d’amertume : Titre plus doux, un peu folk. Très beau.

5. Toi l’amour : Un titre très Moby dans l’esprit porté par des magnifiques paroles. L’un des plus beaux titres de l’album. L’amour au-delà de la distance et de la mort…

6. Lonely Lisa : Un autre tube, le deuxième titre signé Red One, qui arrive après la douceur des mélodies de Moby. Le résultat est là, très dansant, autour de ce petit personnage dessiné par Mylène. Un titre très plaisant, plein d’humour, complètement barré… J’adore !

7. M’effondre : Un titre de transition dans l’album, étonnant, avec une Mylène à la voix très grave. La monté en rythme progressive et hypnotique est particulièrement réussie avec ses  » Jusque là tout va, jusque là tout va bien » en boucle. Encore une très grande chanson…

8. Light Me Up : Un titre en anglais, très doux. On retrouve le son et les mélodies d’Archive. Moins accessible mais intéressant avec une Mylène toujours avec la voix grave. Là encore une montée en puissance tout au long de la chanson réussie.

9. Leila : Mylène, la chanteuse de la neige et du froid, s’intéresse cette fois au désert et aux femmes d’Iran, plus particulièrement au destin de la fille du Shah d’Iran. Un joli titre, inhabituel dans le registre Farmer, avec de superbe sonorités orientales, magnifiquement mis en image.

10. Diabolique mon ange : Encore une belle chanson avec une belle envolée de violons, là encore avec une montée progressive. Le tic tac diabolique et irréversible du temps qui passe…

11. 12. Inséparables : Deux fois le même titre, en anglais et français, pour clore cet album. Un titre très lent assez agréable. Il ne manque finalement qu’un titre rapide qui aurait parfaitement trouvé sa place juste avant.

Mylène Farmer – Point de suture ****

 
Il fallait bien que je finisse par en parler de ce nouvel album! J’annonçais au début de l’été qu’il ferait couler beaucoup d’encre et bien je ne me suis pas trompé. Comme d’habitude, l’artiste ne laisse personne indifférent. Aucun chanteur français n’arrive à ce point à être adoré et détesté… Même pas Johnny, et pourtant!
 
Au niveau de la presse, rien de bien neuf, ça tire à vue souvent sans même avoir écouté. Ben oui, quand la critique d’un album ne parle que de la première chanson et de son clip, on peut se poser des questions… Certains règlent leurs comptes avec l’artiste. Ah les refus d’interviews, ça rend les journaleux aigris! On retrouve les mêmes arguments sur la multiplication des supports (que personne ne reproche à Zazie, Johnny ou Madonna…), le peu de voix (erronné dans ce cas, j’y reviens!) ou les thèmes qui évoluent peu (ben on demande pas à Farmer de faire du Renaud et inversement!). 
 
Quand ce ne sont pas carrément des réglements de comptes personnels… Un ancien directeur de fan club, qui ne s’est pas fait que des amis à l’époque, sévissant aujourd’hui dans un hebdo télé-people médiocre (ça commence par Télé, ça finit par Star), ressort le même article depuis 10 ans pour parler de retour raté et se fait menacer par quelques fans hystériques un peu bas du front. Evidemment et à juste titre, les journalistes s’émeuvent (entre confrères on se sert les coudes), mais ils oublient au passage que l’auteur de l’article est loin d’être un saint! Le Monsieur étant très procédurier je ne peux en dire plus, mais il a beaucoup d’ennemis depuis une décennie chez les fans, un court passage sur les forums suffit à s’en rendre compte… Voilà ce qui se passe quand on s’autoproclame président d’un fan club officiel, jamais reconnu par l’artiste, que l’on saborde ensuite, avec ce que cela peut avoir comme conséquences…
 
Comme d’habitude donc avec Farmer, réactions excessives de tous les côté pour ce qui n’est finalement que la sortie d’un nouvel album! Une nouvelle fois, on ne parle que de la forme et pas du fond… Mais c’est courant dans la presse écrite française, qu’on ne s’étonne pas qu’elle n’arrive plus à vendre! Quant à Mylène Farmer de ce côté ça roule (plus de 100 000 albums et 175 000 téléphones portables avec album intégré vendus dès la première semaine, une tournée presque complète un an avant et plus de 9 millions de téléspectateurs pour suivre son interview dans le journal de Chazal, 2 millions de plus qu’à l’habitude…). Ensuite le fond, il temps d’en parler…
 

 
10 chansons plus une cachée dans ce nouvel opus ramassé aux sonorités globalement électro, que l’on peut voir comme un virage marqué dans la carrière de l’artiste, comme l’avait été Anamorphosée en son temps… Une voix posée et bien mise en avant, une production particulièrement léchée, bref du bon boulot! Une pochette que l’on peut voir comme une version trash d’Avant que l’ombre… avec sa poupée rousse suturée et instruments chirurgicaux au premier plan. Au niveau visuel déjà, ce retour est réussi et ne laisse pas indifférent! Et en plus, un visuel cohérent avec le contenu où chaque chanson (ou presque) contient un terme médical.
 
  1. Dégénération ****: Le premier opus, déjà très présent sur les ondes cet été. Très peu de paroles pour un rythme entêtant, tournant en boucle, j’en avais déjà parlé je ne reviens pas dessus. Elle appelle au réveil sa génération comme une sorte de suite à Désenchantée. Où son passés vos idéaux et votre capacité d’indignation, semble-t-elle dire… Un message finalement assez politique assez plaisant! Et le "faut que ça bouge" annonce bien l’album!
  2. Appelle mon numéro **: Très partagé sur cette chanson… Une chute du précédent album? Le son, l’air et les sonorités s’en rapprochent beaucoup en tout cas! Au niveau des paroles, c’est un peu Farmer en roues libres, les jeux de sonorités sur les "L" rappellent certaines chansons d’Alizée. L’air avec les guitares a de faux airs de California. Mais au final, malgré la légèreté de l’ensemble, le refrain est terriblement efficace et reste dans la tête qu’on l’aime ou pas!
  3. Je m’ennuie ****: Le mot qui revient le plus souvent pour qualifier cette chanson c’est "bombe électro". C’est tout à fait ça! Ca commence un peu comme du R’nB et puis ça part très électro, c’est efficace et les paroles reprennent le thème de l’ennui, assez courant chez Farmer. La petite raisonnance électro qui double sa voix est du meilleur effet. Une suite très réussie à C’est une belle journée. Boutonnat se fait plaisir et multiplie les petits sons.
  4. Paradis inanimé ****: Un pur son rock assez inattendu et une nouvelle fois très efficace. Des paroles très sombres, émouvantes et finalement assez personnelles avec une voix très grave du meilleur effet. Du pop rock très réussi et un gros coup de coeur pour cette chanson. L’artiste y parle comme rarement de sa mort mais aussi du culte qui l’entoure, de son personnage avec beaucoup de lucidité.
  5. Looking for My Name ***: Un très beau duo en mid-tempo avec Moby, là encore avec des paroles très sombres et désabusées. Ces deux là font du bon boulot ensemble et l’on regrette que le duo avec David Bowie, prévu aussi pour cet album n’ait pas pu se faire… On retrouve ces rythmes entêtant qu’affectionnent les 2 artistes et leurs voix se marient parfaitement.
  6. Point du suture ***: Première chanson lente au coeur de l’album, pour la chanson titre de l’album. Une magnifique ballade comme seule Farmer en a le secret pour ce qui sera sans aucun doute un beau moment d’émotion lors du Live. A la différence d’un Avant que l’ombre… qui alignait les ballades au point de leur faire perdre toute saveur, celle-ci ressort bien mieux… Et une fin qui monte en émotion. Le résutat est très bon!
  7. Réveiller le monde ****: Cette chanson est assez critiquée chez les fans, moi j’aime beaucoup, même le refrain un peu cheap! Les sonorités 80 sont réelles mais quel rythme d’enfer! Et puis des paroles très engagées ce qui est assez rare dans son répertoire pour être souligné! Bref à mon goût c’est terriblement efficace!
  8. Sextonik **: Alors cette chanson démarre très bien, des couplets très réussis, planants à souhait avec des paroles très coquines (un hommage à son vibromasseur! mais avec classe…). Un sympathique hommage à Libertine à prendre au 15e degré! Mais le refrain, même s’il est efficace est rapidement plutôt insupportable. Bon ce titre devrait mettre énormément d’ambiance en Live et on ne lui en demande pas plus!
  9. C’est dans l’air ****: Le Hit de l’album! Farmer lorgne du côté de Zazie et propose un titre électro terriblement efficace (peut être le plus efficace depuis Désenchantée!). Les paroles sont tout bonnement excellentes d’intelligence avec ce qu’il faut de recul et de second degré et en même temps un message qui passe parfaitement sur l’hypocrisie de notre société. Pour moi LA chanson de l’album et visiblement nombre de fans suivent. Niveau musical rien à redire avec cette montée en puissance et le mélange parfait entre violons et guitares sur un beat rapide. Pour le live ça promet! C’est le titre fédérateur qui manquait sur l’album précédent (magnifique mais trop froid).
  10. Si j’avais au moins… ***: Une très belle ballade pour clore l’album en beauté. Pas vraiment originale mais la montée des guitares à la fin du titre est particulièrement réussie et arrive à faire monter l’émotion.
  11. Ave Maria: Le titre caché de l’album. La reprise de ce titre religieux classique, signé Schubert, est assez inattendu! Après 2 bonnes minutes de silence, le tout sur fond d’un coeur qui bat. Elle s’en tire plutôt bien sur un registre qui n’est pas du tout le sien!

Au final ce Point de suture est un album terriblement efficace, assez clairement conçu pour la scène comme l’a pu être le Totem de Zazie. C’est un album plus cash et franc dans l’écriture que n’a pu l’être Avant que l’ombre…, il en ressort une vraie sincérité à l’écoute. Je suis très emballé, beaucoup plus que par le précédent opus en tout cas! Et la voix de Mylène Farmer semble s’affirmer de plus en plus, et qu’elle ose aller un peu plus dans les graves, ça lui réussit plutôt très bien!

Mylène Farmer : Dégénération ****

 
En attendant l’album pour l’automne, le premier single débarque demain sur les ondes et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il fait parler!
 
D’abord, les fuites et les bourdes se sont multipliées chez Universal et nombre de personnes ont déjà pu entendre et télécharger le titre qui a été vendu durant quelques heures sur un site légal… Avant que la page soit déconnectée vite fait, la maison de disques accusant les fans d’avoir piraté son site… Ambiance! Il n’empêche, le mal est fait et le titre est en écoute un peu partout sur le Web…
 
Et là on en remet une couche, puisque le titre est pour le moins étonnant et déconcertant, mettant en avant un son très électro et dansant tandis que côté texte, 4 ou 5 phrases tournent en boucle, où les "où est où" et "ou a ou" alternent avec des "hanhan" hypnotiques… On le comprend, la chanteuse ne veut pas d’un retour tiède et décide de bousculer tout le monde et surtout ses fans habitués à une forme plus traditionnelle. Pourtant ce n’est pas la première fois que le duo Boutonnat/Farmer nous gratifie de chansons électro aux paroles minimalistes (notamment le très réussi Psychiatric sur l’album L’Autre), mais c’est la première fois qu’ils en lancent un en single seul, d’autant plus en premier titre!
 
Certains regrettent déjà le peu de paroles pour ce retour et pourtant elles sont très bien choisies et plus symboliques et riches qu’elles ne semblent l’être à première vue. Où la référence à Désenchantée n’est sans doute pas fortuite… "Où est ma génération?" peut on entendre, dans un message au double sens quasi politique… Elle semble vouloir réveiller son public, le faire bouger, lui faire retrouver quelques capacités de révolte… Et puis reste à voir le clip qui apportera lui aussi aux paroles, sans aucun doute, un éclairage nouveau…
 
Pour la musique, rien à dire, c’est tout simplement excellent! Un rythme entêtant, propice aux remix les plus divers, qui devrait faire un tabac dans les boîtes cet été. On le comprend, Mylène veut un retour sympathique et dansant pour l’été et conserve les chansons à textes pour porter l’album qui ne sortira qu’à l’automne, donc seulement dans plusieurs mois.
 
Ce Dégénération fait donc figure d’une formidable mise en bouche portant jusque dans le titre, très simple, de nombreuses références (historiques notamment avec un clin d’oeil évident pour "L’art dégénéré" des artistes juifs, communistes ou homosexuels de l’entre-deux guerres, que les nazis avaient censurés, réprimés, persécutés et déportés…).
 
En tout cas je suis conquis par ce nouveau titre! Plus que par un Fuck Them All, certes réussi et superbe, mais un peu attendu et plan plan, qui avait lancé la période Avant que l’ombre…
 
Quant à la pochette… Elle aussi devrait faire parler!
 

Slipping Away (Crier la vie)… premiers passages radio

C’est parti pour le duo Moby/Mylène! Le single Peut-être toi semble donc être définitivement passé à la trappe. Il faut dire que cette reprise de Slipping Away est une pure bombe, un tube en puissance… Si cette fois-ci les radios jouent le jeu! Mais depuis ce matin NRJ et plusieurs radios le diffusent déjà. Il faut dire que le mélange entre les univers des deux artistes est vraiment excellent. Sans aucun doute possible, le tube de la rentrée et l’on comprend mieux la satisfaction de Moby, lorsque dans les interviews, il parlait de ce duo… Alors que la version de l’album Hotel était plutôt une ballade très calme, la version radio de la reprise est au contraire très punchy et Dance. Reste à savoir s’il s’agira de la seule version ou si la chanson sera plus calme sur le best-of…
Le mélange des sonorités et des paroles (mi-françaises, mi-anglaises, parfois dans la même phrase!) est vraiment parfait. Mylène arrive à nous caser le mot « Ombre » deux fois… Peut être un message subliminal pour vendre un peu plus d’albums, en tout cas ce titre s’inclus parfaitement dans la continuité de l’album Avant que l’ombre… mais apporte un vrai renouveau et une vraie fraîcheur dans l’univers de Mylène. A l’écoute, on ne peut qu’espérer un album entièrement composé par Moby pour Mylène. Moby semble particulièrement aimer ces chanteuse à la voix cristalline, et une plus ample collaboration serait vraiment une bonne nouvelle!
Voilà les paroles de ce duo trouvées sur le forum Mylène Farmer Is Called, que j’ai corrigées après écoute. Bon elles ne sont sûres qu’à 90%… avec Mylène, tant qu’on n’a pas les paroles sous les yeux, on est jamais trop certain…
« Slipping Away » / “Crier la vie”

All that we needed, was right
Les ombres ce soir nous menacent 

Open to everything happy and sad
Seeing the good… même si tout va si mal
Voir le soleil quand la nuit nous accable
Oh, pour un jour, croire aux Dieux, croire aux fables

Focus on everything better today
Crier la vie quand tout autour se tait
Hold on to people they’re slipping away
Hold on to this while it’s slipping away

All that we needed, tonight
Are people who love us, and life
Je sais les douleurs et les doutes
Oh, partir est ce qu’on redoute…  aussi…

So long

Mais l’ombre

Mylène Farmer, troisième du Top 50

C’est un joli succès pour le cinquième et dernier titre tiré de l’album Avant que l’ombre…, après Fuck Them All, Redonne-moi, QI et L’Amour n’est rien. Vendu à plus de 18 000 exemplaires en une semaine, le titre le plus Dance et commercial de l’album réalise l’exploit de se classer dans les cinq premiers du top malgré un boycott généralisé et incompréhensible des radios et notamment de NRJ. Le clip, très original est un anime (façon manga), visible gratuitement sous ce lien ( http://www.youtube.com/watch?v=rthy8prFFl0 ). L’album s’est, pour le moment, vendu à près de 600 000 exemplaires (ventes physiques et téléchargements légaux compris) ce qui correspond aux objectifs de ventes de sa maison de disques Universal. C’est un excellent chiffre de ventes étant donné que l’album a été boudé par les radios et surtout que Mylène n’a fait aucune promotion (à part un interview dans Sept à Huit sur TF1 et une prestation éclaire dans le Symphonic Show de Daniela Lombroso sur France2). Il est à noter que les ventes de l’album devraient à nouveau s’accroître grâce à une promotion très prochaine à 9.99€ sur le boîtier crystal.
Si je vous parle de Mylène, c’est que son actualité s’annonce très chargée d’ici à la fin de l’année. Elle chantera d’abord, dans le duo le plus attendu de la rentrée, avec Moby pour une reprise de Slipping Away (Crier la vie), tiré de l’album Hotel, qui figurera sur le best-of de l’américain qui sort en septembre. Ce sera le titre phare de la promotion de ce best-of. Ce single devrait arriver très prochainement sur les radios et sera en vente dès le 25 septembre… S’il remporte le succès escompté, il est probable que Moby composera le prochain album de Mylène Farmer, cette dernière amorçant là un tournant dans sa carrière puisque jusqu’à présent elle était inséparable de Laurent Boutonnat. Moby, un ami proche de Mylène, devait déjà participer à la composition d’Avant que l’ombre… mais ce sont leurs maisons de disques respectives qui s’y sont opposées, ce serait l’une des causes de cette absence de promo de Mylène… Moby qui a tourné le clip lui même annonce une Mylène comme on ne l’a jamais vue… Suspense! En tout cas ce clip devrait faire partie de la seconde actu de Mylène pour cet automne, à savoir la sortie des Musics Vidéos 4 en DVD reprenant tous les clips de l’artiste depuis Les Mots
Mylène en DVD, c’est aussi la sortie de sa colossale série de 13 concerts à Bercy prévue pour le 4 décembre (le cadeau idéal à mettre sous le sapin!). Une superproduction avec un rideau d’eau en final (copié en beaucoup moins bien par la Star Ac…). Il est encore trop tôt pour dire quels seront les 3 titres  choisis pour la promo du Live mais Porno Graphique et Avant que l’ombre… semblent tenir la corde suivis par le très beau Dans les Rues de Londres, ou encore Ange, parle-moi, reste que les excellentes reprises de Sans contrefaçon ou Déshabillez-moi pourraient mettre tout le monde d’accord.
Le Live sera aussi mis en valeur par la sortie exceptionnelle d’un livre retraçant le spectacle annoté par Mylène elle même. C’est la première fois que la chanteuse commentera elle-même son travail par écrit. Un ouvrage qui devrait s’arracher dont la sortie est prévue pour le mois de novembre.
Mylène, encore, fera son grand retour au cinéma, toujours en décembre, dans le prochain film de Luc Besson, Arthur et les Minimoys, mélange de film et d’animation. Mylène fera la même voix que Madonna pour la version anglaise… Il n’en fallait pas plus pour alimenter les rumeurs sur une possible collaboration entre les deux artistes, et notamment un duo pour la BO du film… Mais l’absence d’accord entre les deux maisons de disques (Warner et Universal) devrait faire capoter ce projet. Mais l’espoir d’une BO par Mylène demeure avec la sortie de Jacquou le croquant réalisé par son comparse Laurent Boutonnat en février…
C’est ce qui s’appelle une fin d’année chargée!