La marque des soyeux de Laura Millaud

La marque des soyeux

La marque des soyeux

Editions Balivernes, collection Carabistouilles, 2014, 127 p.

Résumé : Vivien est le souffre-douleur de ses camarades de classe. Il est le sujet de moqueries en raison d’un angiome qui lui recouvre une partie du cou et de la joue. Son seul réconfort, il le trouve dans les livres. Alors qu’il lit un ouvrage sur Lyon, ville à côté de laquelle il vient d’emménager, il est projeté dans le passé, lors de la première révolte des Canuts, en 1831. Son voyage initiatique lui fait découvrir l’amitié, la solidarité et la force de se défendre et de lutter contre les injustices.

Critique : Ce court roman de littérature jeunesse aborde de nombreux thèmes mais avec, comme idée centrale, la volonté de se révolter contre plus fort que soi et contre les injustices. Ainsi, le parallèle entre cet enfant, harcelé par certains de ses camarades en raison d’une simple différence physique, et la première lutte des ouvriers soyeux lyonnais pour obtenir des conditions de vie descentes et une juste rémunération pour leur travail est plutôt bien trouvé.

L’écriture Laura Millaud est simple et fluide mais elle permet de découvrir quelques mots du patois lyonnais. L’ouvrage est bien documenté et permet de suivre, jour après jour, les événements de 1831. Par ailleurs, un dossier pédagogique de qualité permet aux enfants et aux adultes qui ne connaitraient pas l’histoire lyonnaise de replacer ce roman dans le contexte social et politique de l’époque.

L’action est soutenue tout au long du roman et les rebondissements nombreux, même un petit lecteur ne s’ennuiera pas !

Bref, je me suis laissé embarquer dans ce voyage dans le temps et ses deux jeunes héros très attachants, Vivien, le petit garçon timide qui souffre de sa différence physique, et Antelme, le fils d’ouvrier soyeux du 19e siècle, capable de surmonter les épreuves les plus violentes de la vie.

Un joli roman de littérature jeunesse à découvrir dès 9-10 ans. Merci à Babelio et aux éditions Balivernes pour cette découverte.

4/5

Fête des Lumières 2011 et 11e Biennale d’art contemporain de Lyon

L’actualité culturelle est assez riche ces dernières semaines à Lyon. Je reviens rapidement sur la traditionnelle Fête des Lumières qui fut une belle réussite cette année avec des oeuvres assez ludiques et grand public. On retiendra les ballons géants qui ont emporté la statue de Louis XIV dans les airs à la façon de la maison du film Là-Haut, les jolis sons et lumières de la passerelle du Palais de Justice et de la place des Terreaux où les chevaux de la statue se sont libérés, le flipper du théâtre des Célestins, les expérimentations étudiantes de la Place Satonnay, les sportifs de la place de la République, l’Eglise Saint Georges et le lycée Saint Just mis en lumière, et la cathédrale Saint Jean retrouvée après plusieurs mois de travaux.

Quelques magnifiques photos de cette édition 2011 tirées du site lyon-photos que je vous invite à visiter…

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2622

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2670

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2711

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2613

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2716

Photo : Fete des lumieres 2011, Réf : 2703

Du 15 septembre au 31 décembre, Lyon accueille également sa 11e biennale d’art contemporain sur le thème « Une terrible beauté est née ». Pour ma part, direction La Sucrière où sont généralement exposées les oeuvres les plus monumentales. Des oeuvres pas toujours faciles d’accès… Il vous reste encore quelques jours pour aller les découvrir.

Image Detail

Capacious Memory de Robbie Cornelissen

Image Detail

Stronghold de Robert Kusmirowski

Image Detail

Noeud Perikhorein d’Erick Beltran

Concert: La symphonie du Nouveau Monde

 
Hier soir, j’ai eu la chance d’assister au concert de l’Orchestre Symphonique INSA Universités (Merci et bravo à Pascal! …à tous les musiciens et au chef d’orchestre, Guillaume Bourgogne). Dans un amphithéâtre plein à craquer, ils nous ont présenté un bien beau programme qui sera rejoué dans l’Eglise de Vaise mercredi soir! Tout d’abord, en première partie, un concerto pour violon et orchestre de Kabalevsky puis la très célèbre Symphonie du Nouveau Monde (même moi je connais, c’est dire!) d’Antonin Leopold Dvorak. Cette soirée fut du pur bonheur surtout que j’étais très bien placé, au plus près de l’orchestre! (L’avantage d’arriver toujours en avance!)…
 
Je vous reprends des morceaux du programme:
 
Cette symphonie a été composée en 1893, lors du séjour que Dvorak effectua aux Etats-Unis entre 1892 et 1895. Le compositeur qui s’était imprégné de la mythologie amérindienne par la lecture de la poésie de Henry Wadsworth Longfellow, avait aussi pu découvrir la muique afro-américaine au contact des élèves Noirs du Conservatoire. La symphonie du Nouveau Monde apparaît ainsi comme une synthèse des techniques d’écritures occidentales de l’époque romantique et des procédés utilisés dans la musique populaire aux Etats-Unis, qu’elle soit irlandaise ou afro-américaine. (Et d’ailleurs elle reste d’une incroyable modernité plus d’un siècle plus tard!)
 
Créée le 15 décembre 1893 à Carnegie Hall, au lendemain d’une répétition générale déjà publique, l’oeuvre connut un triomphe qui ne s’est jamais démenti par la suite. Rien d’étonnant à l’écoute de cette musique qui, au-delà de la prodigieuse synthèse des influences et des trouvailles d’écriture, recèle beaucoup de poésie, aussi bien dans ses dimensions épiques que mélancoliques, et est en cela profondément romantique.
 
Un bien beau programme… Alors si vous êtes libres le mercredi 6 juin, le soir, rendez-vous à l’Eglise de Vaise pour découvrir cette oeuvre magnifique, fort bien interprétée!

Nuits de Fourvière 2007

 
Le programme vient de tomber! Pas mal de choses intéressantes cette année…
 
NUIT TSIGANE / TONY GATLIF: 8, 9 juin / 21h30

LES LAURÉATS HSBC DE L’ACADÉMIE DU FESTIVAL D’AIX-EN-PROVENCE: 21 juin / 20H30

EL FERVOR DE LA PERSEVERANÇA: 26, 27 juin / 22h

PATTI SMITH: 29 juin / 21h30

ANTONY & THE JOHNSONS / JOAN AS POLICE WOMAN: 30 juin / 21h

PHILIP GLASS PIANO SOLO: 1er juillet / 22h

LAURIE ANDERSON – HOMELAND: 2 juillet / 22h

LOU REED – BERLIN: 3 juillet / 22h

NUIT DES CHANTS SACRÉS AFRO-AMÉRICAINS ET SOUFIS: 4 juillet / 21H30

REQUIEM DE MOZART: 5 juillet / 21H30

NUIT BERNARD HERRMANN & ALFRED HITCHCOCK: 6 juillet / 21h30

DANSES, MUSIQUES ET MASQUES DE BALI: 9, 10 juillet / 21h30

KATERINE / MIKA: 12 juillet / 21h  Surtout pour Mika

RENAUD: 13 juillet / 21h30

DAMIEN SAEZ SOLO: 14, 15 juillet / 21h30 Acheter en ligne

NUIT DU FLAMENCO / COMPAÑIA MARÍA PAGÉS: 16, 17 juillet / 22h

ARCADE FIRE: 18 juillet / 21h30

LAURENT VOULZY / KEREN ANN: 19 juillet / 21h

MADELEINE PEYROUX / MICHEL LEGRAND & CHUCHO VALDES: 20 juillet / 21h

ARNO / BRIGITTE FONTAINE: 21 juillet / 20h30

JOAN BAEZ / JOSÉ GONZÁLEZ: 24 juillet / 21h

OLIVIA RUIZ / MICK EST TOUT SEUL: 25 Juillet / 21h

THE GOOD, THE BAD AND THE QUEEN: Prévision

NUIT REGGAE: 28 juillet / 20h30

AIR / CRAIG ARMSTRONG: 29 juillet / 21h

SANSEVERINO / ANIS: 31 juillet / 20h30

TERENCE BLANCHARD: 2 août / 21h

RICHARD GALLIANO: 1er août / 21h

LYON RUGIT LA NUIT: 3 août / 20h

ÉCLAT FINAL: 4 août / 20h

Encore une fois, un festival très varié. Les réservations sont ouvertes sur www.nuitsdefourviere.fr où toute la programmation est en ligne également.

Les amateurs de Polars se retrouvent à Lyon ce week-end

 
Meurtres et sueurs froides sont annoncés pour la troisième édition du festival international "Quais du Polar", gagnant chaque année en popularité, qui réunira une cinquantaine d’auteurs de romans policiers de jeudi à dimanche à Lyon sous le parrainage du cinéaste Claude Chabrol. Le festival, qui avait rassemblé près de 20.000 participants l’année dernière, consacrera trois jours et trois nuits aux crimes et enquêtes dans la littérature, mais aussi au cinéma, dans la chanson ou au théâtre.
 
Une librairie, comptant plus de 20.000 ouvrages, sera installée pour l’occasion dans le Palais Bondy, sur les quais de Saône. Les auteurs y dédicaceront leurs livres et participeront à des conférences sur l’évolution des personnages de détectives, les "BD polars" ou encore l’adaptation de romans policiers au cinéma. Jean-Bernard Pouy, le père du Poulpe, Anne Perry, la reine des polars "victoriens", Franck Thilliez, auteur de "La chambre des morts" ou encore l’Allemand Horst Eckert, figurent parmi la cinquantaine d’auteurs, de neuf nationalités, qui seront présents à Lyon ce week-end.
 
Un récital de chansons tirées de films noirs, un concert de jazz, une soirée de courts-métrages et une pièce de théâtre – "L’homme de Barcelone", inspiré de Manuel Vasquez Montalban – figurent également au programme. Carte blanche a été donnée à Claude Chabrol, qui a sélectionné cinq films, notamment de Fritz Lang ou Bertrand Tavernier, pour une "nuit noire", samedi à partir de 20H00 au CNP Odéon.

Enfin, un hommage sera rendu à l’Américain Jim Thompson, disparu il y a 30 ans, qui a notamment écrit "1.275 âmes", adapté au cinéma sous le nom "Coup de torchon", ou encore de "Des cliques et des cloaques", dont l’adaptation, le film "Série noire" avec Patrick Dewaere, sera projeté en présence de son réalisateur, Patrice Corneau.