Nouvelles pages

Profitant des fonctionnalités de l’interface WordPress, j’ai créé trois nouvelles pages qui viendront, en plus de l’actualité du blog, vous informer sur mes coups de coeur du moment :

D’autres pages viendront peut-être s’ajouter par la suite, selon mes envies et les éventuelles suggestions qui arriveront… Vous trouvez ces pages en onglets sous la bannière.

Publicités

Déménagement et reprise du Blog

Bonjour à tous !

Et oui mon blog déménage sur une nouvelle structure, l’occasion pour moi de le remettre doucement en route après un an de mise en veille… Le temps également pour moi d’en maîtriser les aspects techniques…

L’esprit reste le même mais la strucure se veut plus moderne et plus lisible, avant tout tournée vers la publication d’articles et moins vers la mise en ligne de photos…

J’espère que ce nouveau blog vous plaira.

N’hésitez pas à me laisser vos commentaires…

A très vite !

Marx, Flaubert… et les icônes : la critique du (Tout) Petit Paumé

 

Maximilien, grand père de 79 ans et amateur de Flaubert nous entraine au cœur des méandres des relations humaines. A travers les échanges avec son petit fils, nous découvrons l’échange interrelationnel entre un ancien communiste profondément cultivé et la jeunesse débridée d’un étudiant de 24 ans. En parallèle Maximilien rencontre Lilia, une grand-mère russe du même âge. Orthodoxe, ayant fui le communisme, tout semble les opposer. Et pourtant, au détour de discussions, chacun enseigne à l’autre sa vision du monde. Cette pièce traitant des relations entre des personnes que tout oppose est une belle leçon de tolérance et d’humanité.
Erika.
Merci au (Tout) Petit Paumé pour cette très sympathique critique.
 
D’après le roman de Fabrice Vigne : Les giètes (éditions Thierry Magnier).
Adapté pour le théâtre par Angela Sauvage-Sana.
Le site de l’auteur : http://www.fonddutiroir.com/blog/
 
Avec : Benoît Musy, Angela Sauvage-Sana, Fanny Veillet et Lionel Four.
Mise en scène collective sous le regard de Lionel Four.
Image : Pierre Revol-Abel
 
Au Carré 30 du 7 au 17 mai 2009
Du jeudi au samedi à 20h30, les dimanches à 18h30

Diffusion de l’Affaire Finaly

 
Mardi soir, 25 novembre à 20h50, France 2 diffuse, enfin (!), Une enfance volée, l’Affaire Finaly avec Charlotte de Turckheim…
Vous pourrez peut-être m’y apercevoir, si je n’ai pas été coupé au montage! Surveillez bien les policiers dans les 20 dernières minutes…
Sinon, les critiques sont excellentes pour cette histoire adaptée de faits réels qui défrayèrent la chronique en leur temps.
C’est l’occasion pour moi d’ajouter quelques photos du tournage que j’avais mises de côté, prises par moi ou mes collègues figurants…
 
            

Premier tournage…

 
Après plusieurs années de théâtre, il fallait bien que ça m’arrive un jour. Le hasard des rencontres m’a permis de faire la connaissance de responsables de castings pour un grand groupe de télévision. Ils m’ont très gentiment proposé de participer, comme figurant, à l’un de leurs tournages dans la région. Après les essayages costumes la semaine dernière, le jour du tournage est arrivé jeudi. Par égard pour la production, je ne parlerai pas du film et ne publierai pas sur ce blog de photos du plateau de tournage avant la diffusion pour laquelle je vous préviendrai le moment venu… Vous pourrez juste voir les photos de figurants prises entre nous lors de cette journée.
 
Le rendez-vous était donné à 8 heures du matin dans une magnifique propriété du sud-ouest lyonnais. L’accueil est très sympathique, on nous propose du café et des quatre-quarts avant de nous faire venir au compte goutte pour enfiler nos costumes. Et là surprise, le costume de policier dans le sac à mon nom n’est plus à ma taille, trois fois trop grand pour moi! On finit par me retrouver la bonne veste et un pantalon un poil trop long mais que je ne perd pas! C’est déjà ça… Merci à Sylvain, qui du coup s’est retrouvé avec un costume un peu trop grand pour lui… Passées ces péripéties costumières, c’est le moment maquillage-coiffure, entrecoupé de silences obligatoires lors du tournage des scène intérieures. Ma peau très sensible est visiblement un enfer pour la maquilleuse, au bout de quelques minutes j’ai déjà la marque du képi sur le front! On me raccourci juste les pattes, pas besoin de retouches sur la coiffure assez courte (tant pis pour la coupe gratuite, ça ne sera pas pour cette fois!).
 
Il n’est pas 9 heures et je suis déjà prêt… Une longue journée s’annonce! On commence à faire connaissance les uns avec les autres, on nous met dans un coin de la maison où l’on ne gêne pas les techniciens. Là on signe nos contrats et on se prend en photos à tour de rôle histoire de faire passer le temps… L’ambiance est très bonne et très décontractée. On parle de nos expériences et de nos divers métiers, de la façon dont nous nous sommes retrouvés sur ce tournage. Bref, une matinée vraiment très agréable. A 11h30, l’équipe du film n’a toujours pas besoin de nous. C’est donc l’heure pour nous de déjeuner!
 
Nous voilà débarquant dans la petite cantine improvisée sous une grande toile blanche où nous attendent de drôles de tabliers en plastique transparent. Et bien oui, c’est qu’il ne faudrait pas tâcher nos costumes… C’est qu’au menu les cuisinier semblent avoir tout fait ce jour là pour nous piéger! Une petite terrine maison très sympathique en entrée acompagnée d’un toast et sa confiture d’oignons. Mais ensuite ça se gâte… Des tagliatelles sauce bolognaise et en dessert du fromage blanc sous un coulis de fruits rouges…La plus grand attention est donc de mise! D’ailleurs, ne le répétez pas, mais un peu plus tard, je ferai remarquer à l’un des acteurs principaux, qui m’avait demandé gentiment de le prendre en photo devant une voiture de collection, qu’il s’était fait une belle tâche de sauce tomate sur le costume… Ce sera l’occasion d’un bon fou rire.
 
Puisque je parle des acteurs, je dois dire qu’ils ont été très abordables avec nous tout au long de la journée, même si la pression du tournage fait qu’ils nous côtoient finalement très peu… Tout comme l’ensemble de l’équipe technique, beaucoup plus stressée que nous pauvres petits figurants! Les enjeux ne sont pas les mêmes pour eux, ça se comprend tout à fait!
 
Retour du déjeuner, le tournage reprend. Cette fois-ci je reste en extérieur pour mieux profiter du tournage. Bien m’en a pris, puisque sur les coup des 16h00 (!!!) ils prennent les deux premiers policiers qui leur tombent sous la main pour tourner une scène, que je ne peux pas décrire puisque c’est la dernière du téléfilm! Connaissant les 2 principales assistantes du réalisateur, on m’appelle par mon prénom, ce qui est rare pour un figurant! Voilà donc mes premiers pas sur un tournage professionnel. On enchaîne avec une autre scène importante qui nécessite l’emploi de l’ensemble des figurants présents ce jour là et surtout de couper régulièrement le trafic sur la grande route au pied de la propriété. A chaque fois, un angle de vue différent est filmé, c’est vraiment impressionnant… 7-8 prises pour une scène de quelques secondes dans le film… Ils conservent encore les policiers pour le tournage d’une dernière scène alors que les autres figurants sont libérés. Au final je participe donc au tournage de trois scènes, pas si mal pour un premier engagement!
 
Fin de la journée à 19h00, le froid et le poids du képi sur la tête et surtout sur le front devenaient peu à peu difficiles à supporter. D’ailleurs les acteurs, habillés plus léger que nous sont eux aussi frigorifiés! Le temps de se changer, de signer la feuille de présence, je quitte le plateau à près de 19h30. C’est en tout cas, une expérience nouvelle, passionnante, que je conseille à tous et je garde de cette journée une très bonne ambiance et beaucoup de rigolade entre les figurants…