La Belle Rouge de Poppy Z. Brite

La Belle Rouge

La Belle Rouge de Poppy Z. Brite

Au Diable Vauvert, Titre original : Prime, 2009, 488 pages

Résumé : A La Nouvelle-Orléans, le restaurant sur la thématique de l’Alcool de Rickey et G-Man est un succès, pourtant Humphrey Wildblood, le critique gastronomique du Cornet les descend en flèche dans sa dernière critique. Les deux jeunes chefs tentent d’en comprendre la cause. Dans le même temps, ils espèrent pouvoir se passer de leur encombrant actionnaire, Lenny Duveteaux. C’est pourquoi, Rickey décide de se rendre à Dallas pour une mission de consulting très bien payée, afin de relancer un établissement en difficulté. Il est loin de se douter que cette mission, en apparence anodine, va lui attirer les pires ennuis…

Critique : Après le sympathique et délicieux Alcool, Poppy Z. Brite poursuit avec La Belle Rouge les aventures du couple de cuisiniers le plus en vue de La Nouvelle-Orléans, Rickey et G-Man. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’à leur corps défendant, ils ont le don de se mettre dans les pires situations.

Entre les combines mafieuses de leur associé et le sauvetage périlleux d’un restaurant à Dallas, ce second volet apporte autant de péripéties et de rebondissements que le précédent. Le suspense est mieux tenu, même si l’on peut regretter encore quelques longueurs. Mais qu’importe, on s’est pris d’amitié pour Rickey et G-Man dès le premier tome et l’on veut connaître la suite de leurs aventures.

Après l’alcool de Louisiane, c’est au tour de la viande du Texas d’être à l’honneur. On aimerait presque que l’auteure insiste davantage sur ce terroir américain trop souvent relégué au second plan derrière la nourriture industrielle et la malbouffe. Je me suis laissé prendre par ce second tome, même si l’on reste dans un schéma narratif relativement proche du premier. Les 100 dernières pages se dévorent et, après tout, on n’en attend pas plus d’un roman policier réussi.

Une lecture agréable, que je vous conseille, pour redécouvrir, au-delà des clichés, l’atmosphère du sud des Etats-Unis.

4/5

Publicités

Alcool de Poppy Z. Brite

Alcool

Alcool

Editions Au Diable Vauvert, 2008, 461 pages

Résumé : Rickey et G-man deux excellents cuisiniers, mais totalement fauchés, souhaitent ouvrir un restaurant thématique à La Nouvelle Orléans où chaque plat sera relevé par un alcool. Pour cela, il va leur falloir trouver des investisseurs, un local, une équipe, quitte à se rapprocher de personnes pas toujours très fréquentables. Mais surtout, ils vont découvrir qu’ils n’ont pas que des amis autour d’eux et qu’on les attend au tournant.

Critique : Poppy Z. Brite, l’auteure de romans horrifiques de La Nouvelle-Orléans, fille spirituelle d’Anne Rice, se lance dans une trilogie culinaire gay décalée dont Alcool est la mise en bouche.

L’écriture est efficace et rapidement on se prend de sympathie pour ce couple de loosers attachants, Rickey et G-man. Ce roman nous plonge dans l’atmosphère si particulière de cette ville pas comme les autres.

Alors que je m’attendais à un roman policier assez violent, à l’image des précédents romans de l’auteure que j’avais pu lire, il n’en est rien. L’intrigue policière est minime et n’est clairement pas le cœur de l’histoire. Ici, il est plutôt question de la cuisine cajun remise au goût du jour et généreusement arrosée d’alcools. On suit toutes les étapes de la création de ce restaurant, les nombreux obstacles que vont devoir surmonter Rickey et G-man et les quelques personnages louches avec lesquels ils vont devoir frayer.

Une lecture sympathique, agréable et originale, où j’ai juste regretté le trop faible suspense, mais qui se laisse boire sans modération.

4/5