Théo & Hugo dans le même bateau ***

Théo & Hugo dans le même bateau : Affiche

Absent du grand écran depuis quelques années, le duo Olivier Ducastel et Jacques Martineau fait son retour au cinéma avec Théo et Hugo dans le même bateau. Ils proposent un film charnel et puissant sur l’homosexualité et le VIH au XXIe siècle. Tout commence par un coup de foudre dans la backroom d’un sex-club gay qui donne lieu à une scène d’une vingtaine de minutes clairement à ne pas mettre devant tous les yeux. Pas de fausse pudeur, le ton est donné d’entrée de jeu dans une scène pourtant d’une rare force, filmée sans vulgarité juste avec beauté. Dès lors la question posée est: ce coup de foudre inattendu passera-t-il la nuit malgré la maladie?

On suit ce couple formé par deux jeunes acteurs épatants et d’un grand naturel, Geoffrey Couët et François Nambot, à travers les rues de Paris. Ils sont les révélations de ce films. Ils vont s’attirer, s’aimer, se repousser, mais aussi s’inquiéter puisque lors de cet instant d’abandon ils ne se sont pas protégés. Ducastel et Martineau les filment déambulant au milieu de ce Paris des noctambules, presque désert, avec une caméra toujours en mouvement. Entre réalisme du propos et onirisme amoureux, je me suis laissé embarquer dans cette histoire queer assumée et revendiquée.

Sur un thème qui aurait pu être grave et pesant, Ducastel et Martineau proposent un film d’un grand optimisme, sincère et tout simplement beau, qui a le mérite de faire ressurgir sur grand écran le thème du sida trop délaissé ces dernières années. Ils continuent de creuser un sillon singulier dans le cinéma français et c’est tant mieux!

Publicités