Vice-Versa ***

Vice Versa : Affiche

Ce film aurait pu être surnommé « tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce qui se passe dans la tête d’une jeune fille de onze ans« . Cette jeune fille, c’est Riley dont la personnalité se partage en cinq grandes émotions : Joie, Peur, Colère, Dégoût et Tristesse. Ces émotions ont trouvé leur équilibre jusqu’au jour où les parents de Riley décident de déménager pour des raisons professionnelles. Pour Riley, rien ne va plus et à l’intérieur de sa tête, Joie perd le contrôle de la situation.

J’ai passé un très bon moment en suivant tous les conflits intérieurs qui agitent cette jeune fille attachante. L’idée de départ, de personnaliser les diverses émotions, est tout simplement excellente et d’une très grande originalité. Le film est mené tambour battant et les trouvailles se multiplient pour notre plus grand plaisir de spectateur. C’est à la fois drôle et émouvant mais c’est surtout d’une grande intelligence. Le scénario évite soigneusement tout cliché et tout simplisme ce qui fait qu’adultes comme enfants y trouveront leur bonheur.

J’ai été emballé par ce film efficace, très réussi et inventif tant sur le plan du scénario que sur le plan visuel. Avec Vice-Versa, Pixar renoue avec ce qui fait sa marque, l’originalité des thèmes abordés et des œuvres techniquement et artistiquement excellentes. A noter également le formidable casting au doublage (Charlotte Le Bon, Pierre Niney, Mélanie Laurent, Gilles Lellouche et Marilou Berry) qui réalise une formidable performance. Une très belle réussite que je ne peux que vous conseiller de découvrir.

Zac de Fabienne Roulié et Simon Moreau

Zac

Zac

Editions Chocolat ! Jeunesse, 2014, 26 pages.

Résumé : Le jeune Zac erre sans but dans une ville. Sur son chemin, il croise un écureuil, un cafard, trois petites filles, des abeilles, un pélican. Tour à tour, ces personnages étranges et inattendus vont se joindre à Zac. Tous vont découvrir le bonheur d’être ensemble et le rôle de l’amitié.

Critique : Cet album très court, destiné à un jeune public est une pure merveille. Les dessins, très grands, sont magnifiques faisant de chaque page un véritable tableau. Au fil des pages, le jeune Zac découvre la sociabilité et s’aperçoit que l’amitié est ce qui rend le plus heureux. Malgré, la simplicité apparente de l’histoire, cet album porte un beau message sur le vivre ensemble et l’acceptation de la différence (Zac invitera à se joindre à lui autant les trois petites filles, que l’écureuil géant ou le cafard). Faites profiter vos enfants de cette balade tendre et légère, au message résolument positif et optimiste.

Merci à Babelio  et aux éditions Chocolat ! Jeunesse pour cette découverte réalisée dans le cadre d’une opération Masse Critique.

4,25/5

Voyage à Pitchipoï de Jean-Claude Moscovici

Voyage à Pitchipoï

L’école des Loisirs, collection « Médium », 1995, 138 pages

Résumé : En 1942, l’auteur a 6 ans. Fils d’une famille juive, il raconte comment une nuit de juillet ses parents ont été arrêtés. Deux semaines plus tard, c’est à son tour de vivre la déportation au camp de Drancy avec sa petite sœur de 2 ans, puis bientôt la clandestinité avec leur mère. A la Libération, ils ont retrouvé leur maison, mais leur père ne devait jamais revenir.

Critique : La littérature sur les enfants juifs cachés ou déportés abonde. Cet ouvrage apporte un témoignage précis de la participation active des autorités françaises de l’époque dans ce crime odieux. Très pédagogique, l’ouvrage décrit les événements, sans chercher d’effets superflus, tout en les replaçant dans leur contexte historique. C’est un livre facile à lire, idéal pour de jeunes lecteurs, qui permet une bonne introduction sur la période de l’Occupation et les persécutions antisémites du régime nazi et de ses alliés de Vichy. Ceux qui ont déjà lu des témoignages sur le même thème n’apprendront pas grand-chose, l’auteur préférant proposer un récit accessible aux plus jeunes. En ce sens, Voyage à Pitchipoï est un récit autobiographique intéressant, souvent émouvant mais jamais voyeuriste à conseiller pour une première approche de la déportation des juifs de France.

3,75/5