Une image de trop de Luc Rodet

Une image de trop de Luc Rodet

Editions ThoT, 2001, 345 pages

Résumé : En 2018, Andrew March, psychologue réputé de l’Université de Berkeley, participe au développement de nouveaux systèmes informatiques pour le compte du gouvernement fédéral de la Confédération américaine. Ses compétences sont souhaitées pour manipuler les envies et les émotions des utilisateurs afin de les rendre accrocs aux produits américains. Andrew découvre le pouvoir des images. Rapidement les dérapages et les violences se multiplient. Andrew se lance dans un dangereux double jeu.

Critique : Une amie m’a prêté deux ouvrages des éditions Thot, celui-ci est le premier que je lis. C’est le plus ancien. Il date déjà d’une quinzaine d’années et il semblerait que depuis cet éditeur ce soit un peu plus professionnalisé. Tant mieux, car ici les coquilles et les fautes grammaticales sont tellement nombreuses qu’elles m’ont largement gâché la lecture.

Dommage car j’ai trouvé cette histoire de psychologue cognitif modifiant les systèmes informatiques afin d’agir sur les pensées des utilisateurs plutôt originale. Voilà une thématique qui devrait plaire à tous les conspirationnistes ! Évidemment, dans ces ouvrages d’anticipation, avec le recul, il est amusant de voir sur quoi l’auteur s’est planté. Il nous parle de disquettes… C’est quoi ce truc ? Tout le monde a oublié ! Et surtout, il n’a pas du tout vu l’émergence des réseaux sociaux qui sont devenus incontournables sur Internet.

Pour le reste, cette histoire d’espionnage industriel généralisé est relativement bien vue. J’ai cependant regretté cette division en deux du récit, une première partie assez intéressante se déroulant à Berkeley, une seconde partie plus décevante se déroulant dans les environs de Grenoble. Bref, de bonnes idées mais un roman qui aurait gagné à être largement retravaillé pour gagner en densité et en qualité.

2,5/5

Publicités

Matin Brun de Franck Pavloff

Matin brun

Matin brun

Editions Cheyne, 1998, 11 pages

Résumé : Le narrateur et Charlie vivent la montée d’un régime politique extrême, l’État brun. Alors que les lois racistes et liberticides se multiplient, eux se disent qu’ils sont en sécurité, protégés par ce nouveau régime. Pour éviter les ennuis, ils détournent les yeux. Mais ne risquent-ils pas de payer le prix de leurs petites lâchetés quotidiennes ?

Critique : Cette très courte nouvelle de Franck Pavloff décrit parfaitement, en quelques pages (onze seulement), le processus de mise en place d’un régime totalitaire et d’élimination des opposants.

L’auteur montre comment personne ne réagit à la perte progressive des libertés et comment l’étau se referme peu à peu sur chaque citoyen qui devient suspect par défaut et coupable jusqu’à preuve du contraire. L’absurdité des régimes fascistes et de leur xénophobie est parfaitement décrite en quelques lignes.

Cette nouvelle est une merveille d’intelligence qui dit l’essentiel sans profusion de mots. Sans indication temporelle ou spatiale, ces quelques pages sont universelles. Elles sont un plaidoyer simple et efficace pour la liberté de penser et le droit à la différence.

En ces temps de montée des populismes et des haines abjectes, à découvrir et à faire découvrir, notamment aux jeunes lecteurs.

4,25/5

Monde sans oiseaux de Karin Serres

Monde sans oiseaux

Monde sans oiseaux

Stock, collection La Forêt, 2013, 112 p.

Résumé : « Petite boîte d’Os » vit avec sa famille sur les bords d’un lac qui ne cesse de s’étendre. Elle grandit avec son amie Blanche, découvre l’amour avec le Vieux Joseph et vieillit. Pourtant, dans ce monde en apparence si beau, les oiseaux ont disparu et dans le lac où nagent les cochons fluorescents, sont immergés les cercueils des morts du village. L’eau monte inexorablement annonçant la fin d’un monde.

Critique : A la fois fable écologique et roman d’anticipation, j’ai été pour le moins circonspect à la lecture de ce très court roman. L’écriture est belle et poétique à n’en pas douter mais je n’ai pas adhéré à l’histoire qui pourrait se résumer à la vie d’une femme en 100 pages.

L’ensemble est trop court pour être convaincant, les ellipses trop nombreuses font perdre toute vie au récit. Les accidents d’une vie, les deuils et même les quelques moments heureux sont expédiés trop rapidement pour permettre toute empathie pour les personnages, pour créer de l’émotion.

Quant au titre, jamais il n’est expliqué pourquoi les oiseaux ont disparu. Je passerai outre les cochons génétiquement modifiés, amphibies et fluorescents, après tout pourquoi pas… En revanche, j’aurais aimé en savoir plus sur cette ville, sur ce monde futuriste, sur la montée des eaux, autant d’éléments jamais explicités. Au final, un récit qui manque de chaleur et qui souffre du manque d’ambition de son auteure. Cela dit, une belle plume à suivre…

2/5

La brigade de l’œil de Guillaume Guéraud

 

La brigade de l’œil

Editions du Rouergue, collection DoAdo Noir, 2007, 406 pages

Résumé: Sur Rush Island, en 2037, une loi interdit toutes les images depuis 20 ans. Les photographies, le cinéma et la télévision, jugés nocifs, sont interdits. La Brigade de l’œil est chargée de traquer les terroristes opposés à cette dictature. Les najas brûlent toutes les images encore en circulation et les yeux de ceux qui les possèdent. Kao, jeune lycéen, est fasciné par les images devenues si rares, il en fait le trafic. Lorsqu’un de ses clients lui donne  un petit morceau d’une bobine de film, Kao est persuadé d’être sur la piste du Diaphragme, ce lieu mythique pour les opposants, où des centaines de films auraient été cachés pendant la révolution. Pour Kao commence une dangereuse course-poursuite afin de sauver les derniers films de l’île.

Critique: Ce roman ambitieux de littérature jeunesse, extrêmement sombre et violent, est une belle découverte. Il décrit dans les moindres détails les méthodes policières d’une dictature totalitaire en inversant les codes du roman Fahrenheit 451 de Ray Bradbury auquel il fait référence. Cette fois ce sont les images qui sont interdites et la littérature qui est omniprésente. L’ambiance est oppressante à l’image de cette île qui semble fonctionner en huis-clos (sans doute le Japon ou Taïwan).

Je me suis laissé prendre dès le premier chapitre et son entrée en matière pour le moins ébouriffante ! Entre résistance et répression, la violence, à la limite du supportable, est incontournable mais la description du fonctionnement d’une dictature est remarquable. Le roman est d’ailleurs édifiant lorsqu’il montre comment un peuple, animé par la peur et abreuvé de propagande, arrive à accepter et justifier la répression la plus sanglante.

La réflexion sur le rôle et l’omniprésence des images dans les sociétés contemporaines n’est jamais manichéenne, elle permet ainsi de s’interroger sur la distance que l’on peut avoir avec celles-ci. Les références à la littérature et au cinéma y sont nombreuses, jusque dans la construction du récit proche des films de sabre japonais et de leur violence extrême. Mais ce récit est aussi une histoire d’amour bouleversante qui continue de vous hanter longtemps après sa lecture.

Malgré quelques digressions inutiles et des rebondissement un peu faciles, une belle réussite, mais attention aux âmes sensibles !

4,25/5

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley

Le meilleur des mondes

Titre original : Brave New World, Pocket, 1932 / 2011, 318 pages

Résumé : Dans le futur, un Etat mondial a hiérarchisé à l’extrême la société. Les derniers humains « sauvages » nés naturellement sont enfermés dans des réserves. Les fœtus sont développés in vitro et chaque humain est déterminé génétiquement aux tâches qu’il aura à accomplir. Chaque caste est socialement conditionnée pour se satisfaire de son sort. Le bonheur est loi ; famille, monogamie et sentiments sont bannis. L’arrivée d’un jeune sauvage pourra-t-elle modifier cet équilibre ?

Critique : Ecrit au début des années 30 et d’une incroyable modernité, ce roman est considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature d’anticipation. En effet, on est bluffé par le côté visionnaire d’une société totalitaire obnubilée par la recherche du bonheur et le contrôle du libre arbitre de ses habitants. On y retrouve en germe toutes les dérives des états totalitaires des années 30-40.

Mais là où le texte est intemporel, c’est qu’on y retrouve aussi certaines dérives de nos sociétés contemporaines et des progrès scientifiques qui sonnent comme autant de mises en garde (recherche du bonheur par des molécules chimiques, ascenseur social en panne…). On peut cependant regretter la faiblesse des enjeux dramatiques et des personnages qui peinent à exister au milieu de ces descriptions sociales et scientifiques. Un roman étrange et étonnant, à mi-chemin avec un essai sociologique. A lire assurément en se rappelant que tout ce que l’homme peut scientifiquement réaliser, il finit par le faire…

3,5/5