Comment “cassoulet” est devenu l’un des mots les plus cherchés sur Google!

 

Voilà une histoire complètement surréaliste comme je les adore! Un article tiré de Yahoo actu explique comment le mot cassoulet a rendu dingues les téléspectateurs américains! Quand un buzz prend des proportions hallucinantes… ou comment démontrer que l’on peut facilement manipuler les foules à l’air de l’information toute puissante…

Les spécialistes du marketing l’avaient à peine amorcé, Canal + l’a fait. La chaîne cryptée a lancé un buzz autour du cassoulet comme William Saurin et ses concurrents en auraient sûrement rêvé.

Commençons par le commencement. Lors de l’élection d’Obama, à New York, des journalistes de la chaîne déploient une banderole immense avec inscrit en tout aussi gros le mot "CASSOULET". Les gens présents ne peuvent pas la rater, encore moins les télespectateurs des diverses chaînes présentes.

La courbe des requêtes Google montre un net bond, surtout venu de New York.

Commence alors sur les blogs un intense débat autour de 1- ce qu’est le mot "cassoulet" et 2- ce que cette banderole venait faire ici. Yann Barthès, l’homme par qui le scandale est arrivé, ne cachait pas son émotion: "Nous ne nous attendions pas à un tel buzz. Sur les blogs, ça les a rendus fous. Le site de "Time magazine" en a parlé. Le quotidien "Dallas Morning News" a même sorti qu’il s’agissait de la pancarte la plus étrange qu’ils n’avaient jamais vue."

D’après 20minutes.fr, la page Wikipedia du mot "cassoulet" a vu le jour dans la foulée. (En fait, elle existe depuis 2004, mais a connu d’un coup un net bond d’activité).

Est-ce que cet intérêt soudain va faire revenir la gastronomie française aux Etats-Unis?

 
Publicités

Spéciale malbouffe pour les riches…

 
On savait que pour la nourriture, les américains avaient assez peu de limites en matière de mauvais goût… Ils viennent d’inventer la malbouffe pour les riches…
 
Un restaurant de New York a commencé à proposer à ses clients une pizza à 1.000 dollars, couverte de caviar, de homard et de crème fraiche, qualifiée par son propriétaire de pizza la plus chère au monde."C’est quelque chose de spécial, c’est une pizza pour des gens qui aiment le luxe, c’est la pizza la plus chère au monde", a déclaré Nino Selimaj, propriétaire du restaurant Nino’s, au quotidien New York Daily News.

"La manger était comme Disney World", a fait valoir un client, Bo Dietl, cité par le journal, soulignant notamment le très bon goût du caviar.

 
Mouais, bof, et pourquoi ne pas mettre aussi du foie gras et du saumon fumé tant qu’on y est. Ben non, le foie gras n’est pas politiquement correct vis-à-vis des oies et canards, mais bon éventrer un esturgeon (poisson surpêché en voie de disparition), juste pour lui prendre ses oeufs, ça en revanche ça ne les dérange pas trop… Tout ça pour les poser sur des tranches de pizzas… Il y a décidément quelque chose qui ne va pas dans le monde actuel…

La cuisine française bientôt inscrite au patrimoine de l’UNESCO?

 
Voilà, une nouvelle dont on devrait entendre parler dans les mois qui viennent. Un groupe de gastronomes et de chefs (notamment étoilés) a décidé de se mobiliser pour faire inscrire le patrimoine culinaire et gastronomique français comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Ce serait bien évidemment un outils de promotion majeur pour les produits français et pour le tourisme. En effet, l’UNESCO ne classe pas seulement le patrimoine historique ou naturel mondial, mais s’intéresse aussi aux faits culturels majeurs (ou aux cultures en danger)et à leur protection depuis 2001 (la France a ratifié en juin dernier cette convention de 2003 sur le patrimoine immatériel). Un dossier devrait donc être préparé dans les mois qui viennent pour être présenté par la France (l’UNSESCO ne classe que sur demande suite à une présentation de dossier par un pays ou un organisme international). Ce serait le premier patrimoine immatériel classé en France.
 
Voici les propos de l‘Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA): "Notre démarche n’a pas pour objet de mettre sous cloche la cuisine française, ni de la figer dans un passé certes glorieux mais révolu. Au contraire, l’IEHCA entend défendre l’idée essentielle d’une cuisine, facteur vital de l’identité culturelle française, et promouvoir ainsi sa créativité et sa diversité". Une volonté tout à fait louable qu’on ne peut que soutenir! Le ministre de la culture soutient ce dossier. Il devrait être présenté en 2008 à l’UNESCO.
 
Pour voir le patrimoine immatériel classé, cliquer sur le lien: http://www.unesco.org/culture/intangible-heritage/masterpiece.php?lg=fr 
Pour voir l’ensemble des sites classés au patrimoine mondial: http://whc.unesco.org/fr/list/
830 sites sont classés à ce jour comprenant 644 biens culturels, 162 naturels et 24 mixtes… Le site de l’UNESCO est vraiment passionnant (en français!) avec des explications pour chaque site classé et l’on retrouve les évaluations de chaque dossier.

Les américains bouffent vraiment n’importe quoi!

 
Bon d’accord, là j’enfonce une porte ouverte, on le savait déjà tous! Mais bon cette info AFP trouvée sous Yahoo actu m’a quand même bien fait rire… Mais jusqu’où iront-ils? Il s’agit d’un nouveau parfum pour les fameux donuts, vous savez, leurs beignets bien gras avec un trou au milieu qui contribuent à l’engraissement généralisé de la population américaine…
 
Des beignets de Coca-Cola sont la nouvelle gourmandise prisée des palais américains, très friands de fritures en tous genres et parfois surprenantes.Lors d’une foire récente à Dallas (Texas), ce nouveau type de beignets, nappés de sirop également fait à base de ce soda, a rencontré un franc succès, selon le journal Dallas Morning News.
 
La créativité de leur inventeur a d’ailleurs été encensée lors de la foire de Dallas et depuis cette nouvelle friture a fait des adeptes en Arizona et en Caroline du Nord. On remarque qu’il s’agit des états du sud, pas franchement connus pour leurs qualités gastronomiques… Le Texas étant l’Etat comportant le plus fort taux d’obèses. Donc, ces "gourmets" américains sont très friands de fritures, dont certaines ont une base surprenante comme des cookies ou des cornichons (!!??!!)  . Pour avoir mangé des donuts (et survécu!), je peux vous dire que certains ont vraiment des goûts étranges, assez indéfinissables…
 
L’inventeur des beignets au Coca-Cola, Alel Gonzales, est un spécialiste en la matière. L’an dernier, selon le journal texan, il avait vendu 20.000 beignets confectionnés à partir de sandwiches au beurre de cacahuète, à la confiture et à la banane… Entre nous, on a le droit de préférer nos croissants, pains au chocolat ou autres pains russes, ils ont une autre classe quand même!