Les cerisiers fleurissent malgré tout de Keiko Ichiguchi

Les cerisiers fleurissent malgré tout

Kana, 2013, 122 pages

Résumé : Une Japonaise, expatriée en Italie, revient régulièrement au Japon pour retrouver sa famille et en profite pour rendre visite à son ancienne institutrice. Elle promet à la vieille dame de revenir la voir au printemps, lorsque les cerisiers seront en fleurs. Mais, le 11 mars 2011, un tremblement de terre frappe le Japon. Suivent le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima. Au milieu du désastre, est-il encore possible de faire des projets ?

Critique : Le sentiment de culpabilité que l’on peut ressentir après de grandes catastrophes, l’angoisse pour la famille et les amis dont on est sans nouvelle. Le séisme, suivi du tsunami de mars 2011 au Japon, sont ici décrits de l’extérieur, par une expatriée, comme une volonté de témoigner malgré tout et de rendre hommage à ceux qui ont été fauchés. Beaucoup d’émotion et de pudeur dans ce manga qui aborde les relations familiales et sociales au Japon. Mais aussi le temps qui passe, malgré les fantômes du passé, malgré les drames, avec la douceur et la régularité de ces cerisiers qui , imperturbables, fleurissent comme tous les printemps. La poésie et la tendresse imprègnent chaque page de ce très beau récit.

4/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s