Monkey Me de Mylène Farmer

En cette fin d’année, Monkey Me marque le grand retour de Mylène Farmer accompagnée de son compositeur de toujours et pygmalion, Laurent Boutonnat. Après la parenthèse Bleu Noir où la chanteuse avait innové en allant chercher Moby, Darius Keeler du groupe Archive, ou RedOne, elle semble s’amuser cette fois-ci à un retour aux sources et nous propose un passage en revue de sa riche carrière avec de multiples références. Les fans seront ravis de retrouver leur artiste qui dit beaucoup d’elle sur cet album.

L’album débute avec le très fort et réussi, Elle a dit, l’histoire d’une fille qui assume son homosexualité, comme une forme d’hommage à ses nombreux fans LGBT. Le texte est beau, le rythme entêtant, l’album commence très fort ! Suit le premier single, A l’ombre, un titre up-tempo très réussi, où la chanteuse semble nous raconter sa jeunesse entre rêves de célébrité, hivers canadiens et érables, mais aussi le temps qui passe…

Le titre suivant sonne léger et décalé… Monkey Me où Mylène parle de son singe récemment disparu. Les paroles sont drôles, le rythme mid-tempo très entêtant, la voix très travaillée, une nouvelle fois un titre excellent. Malgré des synthé un peu envahissant, Tu ne le dis pas est aussi une réussite. Un refrain entraînant, des paroles reprenant les angoisses de l’artiste autour de la fragilité du monde et de la vie.

Le titre suivant, Love Dance, fait débat. Trop léger pour certains, je le vois comme un hommage sympathique et dansant à Maryline Monroe entre paroles décalées en anglais,  » Happy Birthday  » en fin de chanson et coupe de cheveux blonde inattendue pour la plus célèbre des rousses…

Quand est une ballade aux paroles alambiquées et assez sombres. La fin d’un amour ? Les références et symboles sont multiples, notamment autour de Saturne (le froid, le changement, la morosité), avec l’influence de Pierre de Brach (poète de la fin du 16e siècle). Un son simple et efficace avec un beau pont musical de saxo. Une pause bienvenue au milieu de l’album.

On regrettera une transition un peu violente avec le titre J’ai essayé de vivre… et ses accords de synthé-guitare un peu trop agressifs dans les premières secondes. Dommage car le reste du titre, plutôt rock, est très bon et les paroles assez riches font échos aux anciens albums de l’artiste.

Suivent deux titres assez moyens, pour moi les moins bons de l’album : Ici-bas et A-t-on jamais. Ici bas est une sorte de prière à Marie, flirtant vers le rap, où l’on retrouve le thème du libre arbitre, le pantin de bois (de Sans contrefaçon ?). Si le rythme est imparable, je ne suis pas franchement convaincu par le titre… Sans surprise. Même chose pour A-t-on jamais, un refrain un peu planant, mais un titre globalement bien plat.

Plus surprenant et inattendu est le titre Nuit d’hiver qui propose un sample d’une chanson culte de l’album Cendres de Lune, Chloé. Un titre sombre, presque expérimental, qui joue à fond la carte de la nostalgie. Un OVNI total comme seule Mylène sait nous en proposer.

A force de… est une belle chanson à l’image de cet album, plutôt optimiste, avec une voix très travaillée, des rythmes entêtants mais un synthé un poil trop agressif.

Avec Je te dis tout, l’album se termine en beauté. Mylène nous propose l’une de ses plus belles ballades. Un piano voix somptueux, soutenu par quelques violons et des arrangements magnifiques. Des paroles superbes et émouvantes. Ce dernier titre mérite à lui seul le détour.

Au final, malgré un petit passage à vide au milieu, ce Monkey Me est une réussite. Mylène Farmer nous propose un album de très grande qualité, plutôt optimiste qui devrait faire mouche lors des concerts à venir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s