Blanche Neige et le chasseur **

Blanche-Neige et le chasseur : affiche

Un conte pour enfant d’une dizaine de pages, peut-il faire un grand film d’aventures de plus de deux heures ? La réponse est mitigée. Le réalisateur s’en est donné les moyens à renfort d’effets spéciaux, de décors et de costumes impressionnants et en s’appuyant sur de jeunes acteurs qui montent à Hollywood. Pourtant la réécriture de cette histoire manque cruellement de rythme.

Plus proche du Seigneurs des anneaux que de la version Disney, l’histoire est sombre, violente et gothique. Cette Blanche Neige se veut guerrière et conquérante, loin de l’image stéréotypée de la douce princesse endormie. Elle porte en cela une réelle modernité donnant au film une force épique indéniable.

Pourtant, il flotte dans ce film des airs de déjà-vu. Sur le plan purement esthétique, même si le film est réussi, il n’apporte pas grand chose de plus que Peter Jackson. Les combats sont répétitifs et le récit s’étire trop souvent en longueur, perdant largement en nervosité. Par ailleurs, les personnages, noyés dans une surenchère visuelle, peinent globalement à exister. Il en reste un film sombre, ambitieux mais sans réel point de vue artistique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s