Les Chevaliers d’Emeraude d’Anne Robillard

Cette saga qui mêle fantastique et chevalerie est un succès au Québec et marche plutôt bien depuis quelques années au rayon ado des librairies. L’exaltation des valeurs d’amitié et de générosité n’y sont sans doute pas pour rien. A défaut d’être exceptionnelle sur le plan littéraire, cette série se révèle agréable à lire.

Les chevaliers d’Emeraude. Tome 1 : le feu dans le ciel

Michel Lafon, 2007, 340 pages

Résumé : L’Empereur Noir, Amecareth a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes du continent d’Enkidiev. Bientôt, la terre de Shola subit les attaques féroces des sinistres dragons et des impitoyables hommes-insectes. Pourquoi les troupes d’Amecareth reviennent-elles sur le continent après des siècles de paix, mettant à feu et à sang le royaume glacé de Shola ? Les sept chevaliers d’Emeraude, six hommes et une femme, sont les seuls à pouvoir percer ce mystère, inverser le destin et repousser les forces du Mal. Ils devront pour cela accomplir l’étrange prophétie qui lie Kira, une petite fille de deux ans, au sort du monde.

Critique : Ce premier tome est une sympathique mise en bouche pour cette série de romans. Certes, on est en terrain connu. Le bestiaire et les enjeux dramatiques n’ont rien de très originaux par rapport à d’autres séries du même genre. En outre, les personnages sont un peu trop nombreux pour présenter tous un réel intérêt. Ce premier tome, vise surtout à présenter les différents royaumes du continent et les principaux personnages. C’est fait de façon plus ou moins réussie, mais dans l’ensemble on se laisse malgré tout prendre par le rythme soutenu et l’on a hâte de découvrir ce monde plus en profondeur et de connaître la suite de l’histoire. A défaut d’être vraiment convaincant sur le plan littéraire, le pari est néanmoins réussi.

3,5/5 

 

Les chevaliers d’Emeraude. Tome 2 : les dragons de l’Empereur Noir

Michel Lafon, 2007, 435 pages

Résumé : Après des siècles de paix, les armées de l’Empereur Noir, Amecareth, envahissent soudain les royaumes du continent d’Enkidiev. Les Chevaliers d’Emeraude doivent alors protéger Kira, l’enfant magique liée à la prophétie et qui peut sauver le monde. Comment ces dragons redoutables parviennent-ils à s’infiltrer sur le territoire d’Enkidiev sans être repérés par les chevaliers d’Emeraude ? En plus, Asbeth, le sorcier de l’Empereur, s’apprête à enlever Kira. Face à cet ennemi redoutable, le chef des chevaliers, Wellan, doit accroître sa puissance.

Critique : Ce deuxième tome, toujours aussi rythmé, nous fait cette fois-ci véritablement entrer dans le vif du sujet. Les personnages principaux sont posés, on pourra regretter une certaine puérilité dans leurs sentiments, quant aux personnages secondaires, ils restent trop nombreux pour présenter un quelconque intérêt. Malgré tout, dans ce tome, les enjeux dramatiques deviennent plus intéressants et on se laisse prendre au jeu. A défaut d’être inoubliable, une lecture simple et agréable.

4/5 

 

Les chevaliers d’Emeraude. Tome 3 : piège au Royaume des Ombres

Editions Michel Lafon, 2007, 427 pages

Résumé : Âgée de 15 ans, Kira est devenue Ecuyer d’Emeraude. Elle est une magicienne puissante et une redoutable combattante. Le porteur de lumière, indispensable à la réalisation de la prophétie, voit le jour. Le Magicien de Cristal doit défendre ce nouveau-né contre les machinations de l’Empereur Amecareth. De leur côté, les Chevaliers doivent répondre à l’appel au secours des hybrides du Royaume des Ombres et partir à la découverte du territoire des Esprits. Ils font la rencontre de l’énigmatique Sage…

Critique : Vue le longueur de la saga, 12 tomes tout de même, on pouvait s’attendre à ce que tout cela tourne peu à peu en rond, pourtant l’auteur sait distiller peu à peu les révélations et multiplie les rebondissements pour nous tenir accrocher. Dans ce nouveau tome, on découvre les Royaume des Esprits et l’on en apprend plus sur les êtres mi-hommes mi-insectes tels que Kira. Le porteur de Lumière nait enfin, il en faudra du temps avant qu’il réalise la prophétie ! Les personnages gagnent en maturité et en profondeur ce qui laisse penser que la qualité de la série devrait tenir sur la longueur. Alors, certes il y a des répétitions et il serait lassant de lire la série dans sa totalité à la suite, mais à découvrir peu à peu c’est agréable.

4/5 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s