Le Monde de Narnia. Episode 1 : Le neveu du magicien de Clive Staples Lewis

Le Monde de Narnia. Episode 1 : le neveu du magicien

Gallimard, 2010, pages 7 à 113

Résumé : Polly trouve parfois que la vie à Londres n’est guère passionnante… jusqu’au jour où elle rencontre son nouveau voisin, Digory. Il vit avec sa mère malade et un vieil oncle original. Celui-ci force les deux enfants à essayer des bagues magiques qui les transportent dans un monde inconnu. Commence alors l’extraordinaire aventure du monde de Narnia…

Mon avis : Tout dans ce premier tome nous plonge dans une atmosphère très chrétienne, presque biblique. En effet, Lewis propose une vision créationniste du monde avec un lion, Aslan, aux pouvoirs divins, qui crée, sous nos yeux, un monde en chantant, mais aussi par l’utilisation répétée des termes « fils d’Adam et fille d’Eve », ou encore par l’utilisation de symboles bibliques forts tels que la pomme. L’ensemble crée une atmosphère qui rebutera certainement les rationalistes avides de laïcité.

Pour ma part, je dois dire que ces passages m’ont également quelque peu dérangé mais, sans être convaincu, je me suis laissé globalement porter par la magie de l’histoire. Il faut, par ailleurs se rappeler que le contexte du début des années 1950, lorsque les 7 tomes sont sortis, était très différent sur ce plan, beaucoup plus réactionnaire.

A la lecture, on comprend pourquoi un Philip Pullman a souhaité écrire, 40 ans après, A la croisée des mondes, pour donner à l’inverse une vision qualifiée par certains de gnostique du monde, où en tout cas l’Eglise et Dieu sont vus comme des instruments d’oppression. Les deux œuvres sont souvent opposées, Pullman n’ayant pas hésité à critiquer très vivement Narnia.

Mais, pour en revenir à Narnia, ce premier volume est très facile à lire, les personnages sont touchants et c’est très clairement orienté pour les 10-12 ans. L’histoire est simple à comprendre, la psychologie des personnages rapidement cernée. Une fois la mise en garde quant à la volonté chrétienne de l’auteur passée, cette série s’inscrit dans la lignée de la littérature jeunesse anglo-saxonne aux côtés d’un Alice au pays des merveilles ou d’un Peter Pan. C’est une lecture sympathique mais pas franchement transcendante. J’espère plus de la suite, cet épisode n’étant pour moi qu’un prologue.

2,5/5

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s