The Dark Knight ***

 
 
On l’avait vu avec le précédent opus, Batman Begins, la franchise Batman sous la direction de Christopher Nolan avait pris un sacré coup de jeune, un lifting complet pour sortir de l’image un peu kitsch et fantaisiste, quoique très réussie, de Tim Burton et surtout des épisodes suivants, sans originalité et pour le coup très médiocres! Si son premier Batman lui avait servi, avec réussite, à asseoir cette nouvelle image, avec le second opus, The Dark Knight, dont il a coécrit le scénario avec son frère, il entre clairement dans le vif du sujet et fait revivre le principal ennemi du super-héros, le Joker…
 
Un vrai pari tant ce rôle de psychopate mégalomane a été associé à l’exceptionnelle prestation de Jack Nicholson. Il fallait un acteur du charisme d’Heath Ledger pour pulvériser le travail de son illustre aîné. Le jeune acteur décédé à la fin du tournage, propose une relecture étourdissante du personnage, moins grandiloquente mais beaucoup plus inquiétante. Il se met au diapason de son réalisateur qui nous propose un Batman beaucoup plus sombre, violent et réaliste, jusqu’à parfois aller lorgner du côté du dernier James Bond (comment ne pas y penser en voyant le milliardaire Wayne entouré de belles filles sur un voilier!)… Mais il nous propose également une véritable réflexion sur notre société, le besoin de sécurité poussé à l’extrême, l’individualisme et la remise en cause des libertés individuelles avec un Gotham très new-yorkais encore sous le coup des attentats du 11 septembre… 
 
Côté acteur Christian Bale confirme la qualité de sa prestation du précédent volet, même si le regretté Heath Ledger lui pique franchement la vedette! A leurs côtés, les second rôles sont tous impeccables de Michael Caine à Morgan Freeman en passant par Gary Oldman. Maggie Gyllenhaal donne plus de consistance au rôle tenu par Katie Holmes et Aaron Eckhart impeccable démontre un réel charisme dans un rôle à double-face.
 
L’ensemble est mené à un rythme élevé avec de nombreux rebondissements, tout juste regrettera-t-on un récit qui aurait gagné à être un peu raccourci pour gagner en densité… Quelques digressions n’étant pas vraiment utiles… Malgré tout, au final on en redemande et l’on est triste de ne pas pouvoir profiter plus, dans un troisième volet, d’un Heath Ledger absolument éblouissant…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s