Keith Haring, un artiste visionnaire

 
En ce week-end de Pâques, le blog a franchi la barre des 5 000 visiteurs alors merci à toutes et à tous!
 
C’est aussi pour moi l’occasion de revenir sur l’oeuvre d’un artiste majeur des années 80 auquel le musée d’Art contemporain de Lyon rend actuellement hommage grace à une rétrospective très importante. Il s’agit de Keith Haring.
 
Cet artiste américain, figure du Pop Art, très influencé par l’art figuratif et les graffitis est sans doute l’un des grands inspirateurs des arts urbains actuels. Né en 1958, il est mort de complications dues au SIDA en 1990, à 31 ans seulement. Il a laissé derrière lui une oeuvre foisonnante et colorée, très accessible pour le grand public et le novice. En effet, il fait partie de cette génération d’artistes qui sont sortis des cadres trop étroits des galeries et musées pour envahir l’espace public, les rues, les métros, les entrepôts… Cette volonté d’offrir l’art au plus grand nombre se trouve dès le début de sa carrière où, influencé par les premiers graffeurs, il dessine à la craie, dans l’urgence, sur les panneaux publicitaires inoccupés et recouverts de feuilles noires dans métro New Yorkais. Il est accompagné de Tseng Kwong Chi qui photographie chacune de ses performance ce qui leur vaudra d’ailleurs d’être arrêtés à plusieurs reprises par la police…
 
La signature Keith Haring, reconnaissable entre mille, ce sont des formes synthétiques, des silhouettes esquissées reproduites à l’infini et s’entremêlant. Les couleurs sont vives, les lignes énergiques et il ressort de son oeuvre une incroyable rage de vivre. Il produira d’ailleurs de nombreux objets dérivés de ses oeuvres (T-shirts…) à l’image de sa volonté d’utiliser tous les supports possibles pour son art (papiers, bâches en plastique, feuilles métalliques…). Précurseur des arts urbains, adepte de la vulgarisation, cette démarche très ouverte lui vaudra de nombreuses critiques dans les milieux artistiques. Pourtant sans faire de compromis, il s’assure une très large audience qui permet à son oeuvre de lui survivre.
 
Certains thèmes lui tiennent particulièrement à coeur tels que la guerre, la drogue, les préjugés raciaux ou sexuels, l’économie toute puissante asservissant les hommes. L’arrivée de l’épidémie de SIDA, les dangers de la technologie (nucléaire) et les derniers soubresauts de la Guerre Froide font qu’il est obnubilé par l’idée de l’Apocalypse, thème de ses toiles monumentales les plus denses où il n’hésite pas à utiliser le moindre espace vide. Il se nourrit également de toutes les formes d’art qui l’ont précédé: statues des déesses de la fécondité préhistoriques, dieux egyptiens et incas (personnages à têtes d’animaux), peintures médiévales de l’Apocalypse, cubisme, estampes japonaises, bandes dessinées, photographies, films d’animation (Disney)… Il se nourrit de toutes ces formes d’art, les assimile, les maîtrise parfaitement, pour mieux les détourner et apporter sa propre réflexion.
 
Il apprend sa maladie en 1988 et s’engage très fortement dans la lutte contre ce fléau, notamment aux côtés d’Act Up. Il a laissé une oeuvre d’une grande richesse que je vous invite vivement à découvrir! Vous avez jusqu’au 29 juin 2008 au Musée d’Art Contemporain de Lyon (Cité Internationale).
 
Keith Haring a déclaré en 1984 : "Il m’est apparu de plus en plus clairement que l’art n’est pas une activité élitiste réservée à l’appréciation d’un nombre réduit d’amateurs, mais qu’il s’adresse à tout le monde, c’est dans cette voie que je continuerais d’oeuvrer."
 
Pour vous faire une idée, cliquez sur la vidéo de présentation de l’exposition en bas de l’article. Pour tout savoir sur l’expo, c’est ici! Quant à son oeuvre, elle est entièrement référencée sur cet excellent site… Quelques exemples non exhaustifs dans une oeuvre très riche!
 
  
 
   
 
   
 
Keith Haring – Rétrospective
(c) Musée d’art contemporain de Lyon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s