Séisme dans la région des Grands Lacs

 
La région de Bukavu (République Démocratique du Congo) a subi un séisme d’assez forte puissance dimanche. Cette région proche de la frontière rwandaise est toujours très instable politiquement, les populations y sont souvent livrées à elles-mêmes et le gouvernement central y est presque totalement absent ou corrompu. Dans ces conditions, un séisme de magnitude 6,0 (assez fort mais qui n’a rien d’exceptionnel) peut faire des victimes. La région du rift en Afrique connaît une sismicité assez importante. Il s’agit d’une zone d’écartement de la croûte terrestre (l’Est de l’Afrique se détache peu à peu du reste du continent). Les séismes y sont généralement moins violents que dans les zones de collision, en particulier lorsque le mouvement est rapide comme en Amérique du Sud, mais ils sont suffisamment forts pour être destructeurs et meurtriers. Ce séisme est un peu passé inaperçu dans les médias.
 
Voici l’article de l’AFP:
 
Six personnes sont mortes au Sud-Kivu après le séisme qui a frappé dimanche cette région de l’est de la République démocratique du Congo (RDC) et 60 blessés sont encore soignés dans les hôpitaux, selon un nouveau bilan communiqué mercredi de source médicale. "Il y a maintenant six morts", après le décès d’un blessé grave, a déclaré à l’AFP le médecin-inspecteur provincial Manou Burole. En trois jours, plus de 300 blessés ont été admis dans des structures hospitalières, où 60 patients, dont six dans un état grave, étaient encore traités mercredi, a-t-il indiqué.

Dimanche matin, un séisme de magnitude 6 sur l’échelle de Richter a touché l’ouest du Rwanda et l’est de la RDC voisine, faisant au total 44 morts – 38 au Rwanda et 6 en RDC – et plus de 500 blessés, selon les derniers bilans officiels.

Dans les deux pays, les dégâts sont considérables: des centaines de maisons et de bâtiments se sont effondrés ou sont fissurés. Au Sud-Kivu, plus de 4.500 sans-abri ont été recensés.

Mardi, alors que des répliques de faible intensité étaient encore enregistrées à Bukavu (capitale du Sud-Kivu), une délégation ministérielle venue de Kinshasa a annoncé avoir apporté une quinzaine de tonnes de médicaments et promis une aide globale de 250.000 dollars pour assister les sans-abris.

La distribution de tentes, initialement prévue mardi, a été reportée à mercredi à Bukavu pour "permettre une mise à jour des listes de bénéficiaires" selon le comité de crise, suscitant le mécontentement de plusieurs sinistrés. "Nous avons l’habitude d’entendre les promesses du gouvernement, mais sur le terrain, on ne voit rien", a déploré mercredi un habitant d’Ibanda, une des communes de Bukavu les plus touchées, sous couvert d’anonymat. Dans la commune voisine de Kadutu, un étudiant suspecte déjà un détournement de l’aide. "Quand le gouvernement vient, les biens destinés aux sinistrés sont souvent détournés et profitent aux amis de ces mêmes personnes de Kinshasa", a affirmé à l’AFP René Mushamaligwa. D’autres saluent toutefois la rapidité de l’assistance médicale, qui a permis de soigner des centaines de blessés et de limiter les pertes humaines.

Selon un dernier décompte des dégâts communiqué mercredi par l’ONU, 99 bâtiments ont été détruits, 815 sont inhabitables en raison de dommages importants, 414 maisons de Bukavu et 61 en territoire de Kabare (20 km au nord, proche de l’épicentre) présentent des fissures. En territoire de Kabare, la Croix-Rouge internationale a débuté mardi la distribution de bâches et de couvertures, selon le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Ocha).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s