Accroissement du nombre de catastrophes naturelles

 
Un texte de l’AP, qui mérite qu’on s’y arrête, même s’il y aurait beaucoup d’éléments à ajouter, modifier ou corriger…
 
Le nombre de catastrophes naturelles dans le monde a progressé d’environ 60% entre 1997 et 2006 par rapport à la décennie précédente, passant de 4.241 à 6.806 désastres, a alerté la Fédération internationale de la Croix-Rouge qui attribue cette tendance aux conséquences du réchauffement climatique (Ou plutôt le changement climatique puisque le réchauffement est loin d’être uniforme). Il faut noter que la définition du terme de catastrophe varie d’un organisme à un autre, c’est un terme très large dans lequel on peut englober beaucoup d’éléments. Cette augmentation a aussi pour cause une meilleure information qui fait que l’on connaît toutes les catastrophes, même mineures, dans les régions les plus reculées… Et puis, il ne faut pas oublier l’accroissement de la population mondiale et surtout de l’urbanisation qui provoque une augmentation des densités de population dans des régions à risque (sismique, volcanique ou cyclonique), notamment dans les zones tropicales. Autant d’éléments sociologiques ou démographiques que la Croix Rouge semble avoir oublié de prendre véritablement en compte. Mais bon, c’est comme ça, la mode est au "réchauffement climatique responsable de tout…".

Le nombre de morts (vérifiés) dans des catastrophes naturelles a doublé par rapport à la période 1987-1996, passant de 600.000 à 1,2 million, selon le rapport annuel de la Fédération sur les catastrophes publié jeudi. Le nombre de personnes touchées en moyenne chaque année est passé de 230 millions à 270 millions entre les deux décennies.

En 2007, le nombre de catastrophes a bondi de 20% par rapport à 2006, dépassant pour la première fois la barre des 500, selon la Fédération internationale. La Fédération avait recensé 427 catastrophes naturelles en 2006. La hausse a atteint 70 % entre 2004 et 2006, selon le rapport annuel de la Fédération sur les catastrophes publié jeudi. "Les chiffres confirment la tendance de ces dernières années", a souligné devant la presse Markku Niskala, secrétaire général de la Fédération de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. "Ces hausses s’expliquent en partie par une meilleure prise en compte des catastrophes de petite envergure, mais elles tiennent aussi à la multiplication des désastres majeurs", selon la Fédération de la Croix-Rouge.

Le rapport de l’organisation veut attirer l’attention sur les femmes, personnes âgées, handicapés et minorités qui, victimes habituelles de discriminations, sont encore pénalisés lors des catastrophes. "Ce sont des personnes souvent invisibles, qui échappent aux secours et c’est inacceptable", a souligné Markku Niskala. Trois fois plus de femmes que d’hommes ont été tuées par le tsunami de décembre 2004 en Asie parce qu’elles étaient à la maison lors de la catastrophe, a cité comme exemple l’un des auteurs du rapport, M. Mohammed Mukhier.

Certaines minorités, comme les Dalits en Inde, ou les Tamouls au Sri Lanka, n’ont pas reçu une aide équivalente après le tsunami pour des raisons politiques, ethniques ou religieuses, indique encore le rapport. Les personnes âgées sont également davantage touchées, soit parce qu’elles ne peuvent pas se déplacer rapidement, soit parce qu’elles sont isolées, notamment en milieu urbain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s