Sebastien Ribeiro Salgado

 
J’ai redécouvert récemment le travail fabuleux d’un photographe brésilien qui vit à Paris et dirige sa propre agence de photographies, "Amazonas images", depuis 1994. C’est un homme qui transcende toutes les frontières, qu’elles soient géographiques, sociales ou politiques. Il porte un regard unique sur la souffrance d’une humanité en mouvement à travers cinq périodes qui ont marqué sa carrière: "Les émigrants et les réfugiés" (sans doute son travail le plus abouti), "L’Asie, le nouveau visage urbain du monde", "La tragédie africaine", "L’Amérique latine, exode rural et désordre urbain", "Les enfants d’aujourd’hui, hommes et femmes du siècle prochain". Il a également fait une série sur les travailleurs.
 
La force de ses clichés est qu’il trouve le beau dans l’horreur et dans ce que l’humanité a de plus laid. A ce sujet, il avait été vivement critiqué et accusé d’utiliser de manière cynique et commerciale la misère humaine, de rendre belles les situations dramatiques qu’il saisit au risque de leur faire perdre leur authenticité. Susan Sontag s’est d’ailleurs interrogée sur « l’inauthenticité du beau » dans l’œuvre de Salgado. Ce à quoi il a répondu "Il n’y a aucune raison de faire, dans une nature qui est belle, des images laides sous prétexte que les gens vivent des situations difficiles". Un personnage controversé donc… Dont je vous laisse découvrir quelques clichés pour vous faire votre propre avis…
 
     
 

 
 

   
 

 

 
                       
 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s