Les chansons d’amour ****

 
 
C’est avec un peu de retard que j’ai découvert ce magnifique film de Christophe Honoré. Et  avec le recul, je me dis que le jury du dernier festival de Cannes est passé à côté d’un très grand film. En effet, en quelques films Honoré s’est imposé comme un très grand réalisateur (mais aussi scénariste) où s’entrechoquent les réflexions sur les rapports filiaux et familiaux, la mort, le deuil, l’absence, l’amour, l’homosexualité, autant de thèmes qui lui sont chers et qu’il a déjà abordé dans ses précédents films, le très beau mais mineur 17 fois Cécile Cassard, l’éprouvant et magnifique Ma mère, ou encore Dans Paris.
 
A chaque fois la musique joue aussi un rôle primordial, Honoré utilise ici les magnifiques compositions d’Alex Beaupain. Il prend un malin plaisir à reprendre les codes de la nouvelle vague pour mieux les dynamiter. Avec ses Chansons d’amour, il rend un hommage clair à Jacques Demy, tout en imposant ses thèmes et ses réflexions. Et la magie opère grace à une gallerie d’acteurs tout simplement géniaux! Louis Garrel en tête démontre une nouvelle fois son immense potentiel et s’impose comme le meilleur acteur intello chic de la jeune génération, ce garçon a énormément classe, de charisme et possède une palette impressionnante de sentiments nous faisant passer du rire aux larmes (même si ça tristesse est parfois un poil trop contenue!). Autour de lui, les actrices sont magnifiques à commencer par Ludivine Sagnier qui entre Ozon et Honoré trouve de bien beaux rôles où elle peut exprimer à la fois son sex-appeal et son côté mutin… Mais aussi Clotilde Hesme, Chiara Mastroianni et Alice Butaud toutes excellentes. Quant au jeune Grégoire Leprince-Ringuet, découvert en fils d’Emmanuelle Béart dans Les Egarés, il est incroyable de naturel et de fraîcheur et démontre qu’André Téchiné est décidément très doué pour dénicher de bons acteurs!
 
Il est difficile de parler de ce film, si l’on ne veut pas trop en dévoiler et émousser le plaisir du spectateur. Il est d’une sincérité bouleversante et l’on sent à chaque plan l’amour que le réalisateur a pour ses acteurs. Honoré ne se perd jamais dans des effets de manche superflus et c’est cette simplicité qui fait la force de son film. Laissez vous porter par ces Chansons d’amour et je suis certain que nombre d’entre vous achèterons la BO en sortant de la salle. Les moments de magie sont rares au cinéma, en voilà un qu’il ne faut pas laisser passer! Aime moi moins, mais aime moi longtemps…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s