Cannes: Le palmarès 2007

 
Un jury plutôt intello, pour un palmarès exigeant qui ne devrait pas réconcilier les films primés à Cannes avec le grand public. Mais après tout, c’est aussi le rôle de ce festival de mettre la lumière sur d’autres cinémas et des films qui seraient passés inaperçus sans lui. Après tout, les films des frères Coen, de Fincher ou de Gray ont-ils besoin de Cannes pour exister? Non sans aucun doute… Ce sont de jeunes réalisateurs qui ont été primés, le jury a imposé la relève, tant mieux!
 
Voici le palmarès commenté par les rédacteurs de Studio…
 
  • Palme d’or: 4 Mois, 3 Semaines, 2 Jours de Cristian Mungiu.

Le prix suprème du jury présidé par Stephen Frears a récompensé le film roumain 4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS de Cristian Mungiu. Cette histoire forte d’une jeune femme qui se fait avorter clandestinement est d’une violence et d’une ambiguité à faire froid dans le dos. La mise en scène à l’épaule rappelle les frères Dardenne. Digne des meilleurs thrillers, Mungiu sait captiver le spectateur.

 

  • Grand Prix du Jury: La Forêt de Mogari de Naomi Kawase.

La japonaise Naomi Kawase remporte le second prix le plus important après la palme d’or pour son film LA FORET DE MOGARI.

Cette année, le seul film de la compétition officielle venu du Japon est cette histoire intimiste d’une rencontre entre un vieil homme égaré depuis la mort de sa femme et sa jeune infirmière elle-même accablée par un lourd chagrin.

Découverte par le festival de Cannes (caméra d’or – c’est-à-dire meilleur premier film- pour Suzaku en 1997), Naomi Kawase est passée à la réalisation après une formation en photographie. Et cela se voit. Son cinéma contemplatif est d’une grande beauté, mais les scénarios sont si ténus que l’on est plus près de l’installation d’art contemporain que du cinéma. 

 

  • Prix du 60e Anniversaire: Paranoïd Park de Gus Van Sant.

L’americain Gus van Sant n’a jamais paru aussi francais qu’aujourd’hui. En effet, son Paranoid Park, qui vient d’obtenir le Prix du 60e anniversaire du Festival de Cannes, a ete produit par la societe MK2 fondée par le réalisateur, producteur, distributeur et exploitant francais: Marin Karmitz, MK2. Mais ne soyons pas trop cocardier pour autant. C’est sur ses terres de Portland sur la cote Ouest des USA que Gus Van Sant a tourné ce Paranoid Park, qui raconte les tourments interieurs d’un jeune skateur après son implication directe dans la mort accidentelle d’un policier. Le cinéaste poursuit ici, apres Elephant (Palme d’Or en 2003, que je vous conseille vivement) et Last Days sa plongée dans les affres du malaise adolescent.

 

  • Prix d’interprétation féminine: Jeon Do-Yeon pour SECRET SUNSHINE du coréen Chang-dong Lee.

Cette comédienne de 33 ans a commencé sa carrière comme vedette de télévision avant de passer sur le grand écran en 1997 et un succès commercial en Corée avec "The Contact". Elle a incarné une femme adultère dans "Happy end", une femme chaste dans "Untold scandal" ou encore une serveuse atteinte du SIDA dans "You are my sunshine".

Sans aucun doute que ce prix lui permettra d’atteindre la renommée en France, grâce au rôle d’une mère qui perd son fils. Atteinte d’histérie et d’angoisses, ce personnage "sur le fil" lui permet de prouver son talent. Ce n’est pas une surprise, son nom circulait dejà depuis plusieurs jours.

 

  • Prix du scénario: Fatih Akin pour De l’autre côté.

Repéré depuis longtemps par les festivals (Ours d’or à Berlin en 2004 pour Head-on), le jeune réalisateur turco-allemand est encore peu connu du grand public. Cela ne saurait tarder. Son dernier film, De l’autre côté, a fait sensation à Cannes.

Le film relate les histoires très entremêlées de familles turques et allemandes, entre Allemagne et Turquie, entre deux cultures. Un jeune universitaire turc d’Allemagne, enseignant de littérature allemande, veut changer de vie et part s’installer en Turquie. Son père, lui, aurait aimé rester en Allemagne mais a été expulsé vers la Turquie après avoir tué par accident sa compagne. Parallèlement, la fille de cette femme, militante gauchiste de Turquie, part en Allemagne à la recherche de sa mère en Allemagne et fait la rencontre d’une jeune Allemande avant à son tour remise aux autorités turques. La jeune Allemande partira à son tour à sa rehcerche en Turquie…

L’immigration, l’identité, les différences, les rapports entre modernité et traditions sont les thèmes de prédilection de ce réalisateur ultra-doué, également scénariste, acteur et représentants de ce fameux nouveau cinéma allemand.

Il faut une sacrée maîtrise pour faire tenir debout un tel scénario et Fatih Akin, à 33 ans et déjà six films, y arrive parfaitement. La réalisation est assez sobre pour ne pas parasiter l‘essentiel. On est touché par ces vies malmenées d’être nées entre deux eaux. Mais de bout en bout, Akin nous dit que c’est pourtant là, aux frontières et aux mélanges que se joue notre avenir à tous. Et cela peut être beau puisqu’il nous donne un cinéma aussi émouvant que stimulant.

 

  • Prix de la mise en scène: Julian Schnabel pour Le Scaphandre et le papillon.

Après Basquiat et Après la nuit (magnifique film sur la vie du poète cubain Reinaldo Arenas), le peintre et cinéaste Julian Schnabel adapte Le scaphandre et le papillon, le récit du journaliste Jean-Dominique Bauby atteint du « locked in syndrome », un état de paralysie quasi totale. Seul son œil gauche était intact et c’est en clignant de la paupière qu’il racontât ce qu’il traversait.

 

  • Prix d’interprétation masculine: Konstantin Lavronenko pour IZGNANIE

Konstantin Lavronenko pour IZGNANIE, second film de l’acteur Andreï Zviaguintsev. Basé sur une nouvelle de l’écrivain américain d’origine arménienne William Saroyan, le long-métrage relate l’histoire d’un couple et ses deux enfants qui quittent la ville pour emménager dans une maison isolée, perdue au milieu d’ocres collines, quelque part en Russie.

 

  • Prix du jury: Carlos Reygadas pour STELLET LIGHT et Marjane Satrapi etVincent Paronnaud pour PERSEPOLIS.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s