Retour au calme pour le Piton de la Fournaise

 
"L’éruption du siècle" du Piton de la Fournaise à la Réunion s’est achevée mardi après dix jours d’une activité exceptionnelle qui n’a pas fait de victime (les volcans rouge ne présentent qu’un danger relatif), mais a donné lieu à des phénomènes jusqu’ici inconnus dans l’île. L’activité a pris fin en début d’après-midi avec l’arrêt du trémor, la vibration qui indique la circulation de la lave dans le sous-sol. Des séismes continuaient toutefois à être enregistrés au sommet du Piton.
 
"Les observations sur le terrain ont montré qu’il n’y avait plus de fontaines de lave" a déclaré Fred Massin, géologue à l’Observatoire volcanologique de la Réunion. Commencée en douceur dans la nuit du 30 au 31 mars, l’éruption a battu tous les records d’intensité en fin de semaine dernière avec l’implosion de l’immense cratère Dolomieu, situé au sommet du Piton à la Plaine des Cafres, à 2.632 mètres d’altitude. Le plateau qui se trouve à l’intérieur – de la taille de dix terrains de football – s’est affaissé de 300 mètres suite à un "effet de vidange": la lave sur laquelle il reposait s’est vidée d’un coup, ce qui a entraîné l’effondrement d’un volume de roches estimé à 500 millions de m3. Des centaines de séismes par heure avaient été enregistrés par l’Observatoire volcanologique juste avant cet événement, à l’ampleur inégalée depuis un siècle.
 
L’activité du volcan s’est également traduite par des jets de lave s’élevant à plus de 200 mètres de hauteur et des coulées "fluide comme l’eau" qui ont déferlé des pentes du Grand Brûlé vers la mer à plus de 60 km, coupant la Route nationale entre les communes de Saint-Philippe et de Sainte-Rose (sud-est de l’île) sur plus d’un kilomètre. La hauteur de ces coulées a atteint par endroits près de 10 m.
 
Vendredi, le village du Tremblet avait été évacué pendant deux heures avant que la population ne soit autorisée à rentrer. Un incendie provoqué dans la forêt par la projection de sable brûlant, issu de la rencontre de la lave et de l’océan, avait fait croire qu’une coulée se dirigeait vers le village. Une douzaine de familles ont toutefois préféré rester chez des proches ou dans un centre d’hébergement, par peur d’une nouvelle alerte. "Ce n’est pas un volcan, c’est un monstre", confiait un résident devant les torrents de lave, les explosions et le grondement du volcan.
 
30 hectares de culture (vanille, bananes, palmistes, fleurs) et 300 ha de forêt primaire ont été détruits par les coulées, selon Guy Rivière, élu de Saint-Philippe et agent de l’ONF. Un bilan matériel donc assez réduit…
 
Le déversement de millions de m3 de lave dans la mer a entraîné la formation d’un nuage de dioxyde de carbone qui s’est répandu au-dessus de l’île, sans danger toutefois pour la population. Une cinquantaine d’élèves de trois écoles de Saint-Joseph ont quand même été évacués. L’éruption a entraîné la mort de centaines de poissons, venus des profondeurs abyssales, entre 500 et 1.000 m. Un phénomène jamais observé par les scientifiques (Ouverture de fissures avec écoulements de lave au fond de la mer?).
 
Le volcan de la Réunion est un des plus actifs de la planète. Il entre en éruption plusieurs fois par an. L’événement attire à chaque fois des milliers de touristes et des Réunionnais qui peuvent s’approcher à quelques mètres des coulées et admirer un spectacle d’une "infernale beauté" selon un touriste belge en vacances. Cette éruption permettra, sans aucun doute, d’attirer les touristes en grand nombre!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s