Réchauffement climatique sur Mars: rôle de l’albédo

 
Un phénomène de diminution de l’albédo, c’est-à-dire, l’apparition de zones réfléchissant moins les rayons solaires, serait en grande partie responsable de l’augmentation de la chaleur à la surface de Mars, selon des chercheurs américains. Cette étude, à paraître jeudi dans la revue britannique Nature, conclut que les variations des surfaces réfléchissantes "peuvent interagir avec d’autres processus influençant le climat sur Mars, et devraient être envisagées comme une composante importante des futures études sur le climat et l’atmosphère de la planète".
 
Les chercheurs, du Centre de recherche Ames de la Nasa et de l’Office américain de géologie (US Geological Survey) ont observé que la planète rouge aurait subi un réchauffement de quelque 0,65 degré Celsius entre les années 1970 et les années 90, ce qui expliquerait la fonte partielle de la glace au pôle Sud. Cette fois l’homme n’y est pour rien! Ce phénomène, selon eux, serait en partie causé par des variations décennales de 10% de la luminosité de très grandes surfaces du sol – jusqu’à 56 millions de km2 – en raison du dépôt de poussières.
 
Cette observation a une grande importance pour l’évolution du climat sur Terre, où les glaces de l’Arctique, en diminuant, modifient la luminosité du sol. Cette modification change l’albédo, c’est-à-dire le taux de réflexion de la lumière solaire. Le phénomène est très important pour les zones maritimes qui se recouvrent d’une banquise comme l’océan Arctique : si la glace réfléchit 85% des rayons, l’eau de l’océan n’en renvoie que 15%, le différentiel étant transformé en chaleur… De la même façon, les déserts de sables, aux sols clairs ont un albédo (taux de réflexion du rayonnement solaire) très fort, alors que les forêts ont un taux très faible et vont conserver la chaleur. On peut d’ailleurs se demander si le rôle des modifications de l’albédo n’est pas sous-estimé dans les modélisations climatiques terrestres par rapport aux gaz à effet de serre (dont le principal, n’en déplaise aux écologistes, reste… la vapeur d’eau).
 
Jusqu’à présent, l’effet albédo n’avait jamais été pris en compte pour l’étude de la circulation atmosphérique et du climat sur Mars. Le Pr Lori Fenton, de Ames, et son équipe ont effectué une modélisation montrant que ces variations de luminosité du sol "influencent grandement l’environnement martien" et qu’elles "accroissent les vents qui sont à l’origine de ces variations", dans un enchaînement incontrôlable.
 
"En observant uniquement les effets des variations d’albédo (sur deux années martiennes très différentes) nous avons montré qu’il interagit avec les autres processus influençant le climat sur la planète, et pourrait même en partie en être à l’origine", conclut l’étude. Il est bon de rappeler parfois que les atmosphères ont des systèmes climatiques complexes où de multiples facteurs entrent en jeu, que nos théories et modèles ne sont pas forcément les bons et que la variabilité naturelle ne doit pas être sous-estimée…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s