Séisme et tsunami dans les Iles Salomon

 
Peu de personnes connaissent ces îles situées à l’Est de la Nouvelle Guinée, au climat très humide (donc attirant assez peu les touristes…) et qui subissent régulièrement des séismes assez violents puisqu’elles se situent sur une fosse de subduction. Seuls les séismes les plus violents, comme celui-ci, font des victimes. Le tsunami qui a suivi a provoqué une belle panique dans les pays voisins, même s’il est resté local…
 
Douze personnes au moins ont trouvé la mort et d’autres sont portées disparues après le puissant séisme, suivi d’un tsunami, qui a secoué lundi l’archipel des Iles Salomon, provoquant des alertes aux tsunamis dans une partie du Pacifique Sud. Le séisme, d’une magnitude de 8,0 degrés au moins, a détruit des bâtiments et endommagé un hôpital sur l’île de Gizo, au nord-ouest de la capitale des Salomons, Honiara. Un tsunami a ensuite déferlé sur des habitations côtières tandis que des milliers de personnes prises de panique se réfugiaient sur les hauteurs.
 
Sept personnes au moins ont péri à Gizo, la plupart prises au piège chez elles quand les vagues ont envahi la ville. D’autres corps ont été aperçus, mais ne pouvaient pas être récupérés dans l’immédiat en raison de l’importance des vagues, a précisé le gouvernement dans un communiqué. "La vague a atteint dix mètres dans certains villages. Certaines localités ont été balayées", a déclaré Alfred Maesulia, porte-parole du gouvernement des Salomons.
 
"On aurait dit une très grande marée", a déclaré pour sa part à Reuters Danny Kennedy, propriétaire d’un magasin de plongée et responsable politique local de l’île de Gizo. "L’eau est montée de quatre à cinq mètres au-dessus du niveau normal, elle est entrée dans les villages et a tout arrosé."  (Heureusement, elle n’a semble-t-il pas trop déferlé…)
 
"UNE CHANCE QU’IL AIT EU LIEU EN JOURNEE"
 
Le Centre d’alerte aux tsunamis du Pacifique, à Hawaï, situe son épicentre à environ 350km au nord-ouest de Honiara, capitale des Salomons. Il s’est produit vers 06h40 (dimanche 20h40 GMT).
 
Une alerte émise par le centre a également entraîné le déclenchement de mises en garde régionales pour le Japon et l’Australie. Les plages de la côte Est de l’Australie ont été fermées et les liaisons maritimes suspendues dans le port de Sydney par crainte d’une réédition du tsunami de 2004 dans l’océan Indien. L’alerte a été levée neuf heures plus tard. Il semble qu’il n’y ait eu de dégâts que dans la zone de proximité immédiate du séisme.
 
Le Premier ministre des Salomons, Manasseh Sogavare a estimé que ce séisme aurait pu avoir des conséquences beaucoup plus graves s’il s’était produit quelques heures plus tôt, en pleine nuit. "Nous avons de la chance qu’il ait eu lieu en journée. Les gens ont vu la mer se retirer, ce qui leur a indiqué que quelque chose d’anormal se produisait", a dit Sogavare sur CNN. Deux personnes sont mortes sur l’île de Choiseul, dans l’ouest de l’archipel. Et trois autres ont péri sur celle de Mono. "Ces îles de l’ouest sont très éparpillées et il est très difficile pour nous de les atteindre ou d’établir une communication. Mais nous allons y dépêcher une équipe", a précisé Maesulia.
 
LE PLUS VIOLENT DEPUIS 1900
 
Jackson Kiloe, chef de l’île de Choiseul, a déclaré que des vagues très hautes s’écrasaient sur les côtes et que des évacuations avaient été menées. Les services de gestion des catastrophes des Salomons ont déclaré que des problèmes de communications rendaient difficile toute évaluation des dégâts sur l’île de Simbo où, selon la Solomon Islands Broadcasting Corp., des habitants ont fait état de vagues qui ont pénétré jusqu’à 200m à l’intérieur des terres.
 
A Gizo, ville de 20.000 habitants, un hôpital a été endommagé et les patients ont été conduits dans la résidence d’un médecin, sur les hauteurs. On dénombre plus de 2.000 sans-abri. "Il y a d’assez gros bateaux au milieu de la route. De nombreuses maisons sur pilotis sont par terre. Plusieurs villages côtiers ont été totalement rasés", a déclaré Kennedy. Selon le chef du Service de gestion des catastrophes, Julian McLeod, une soixantaine de bâtiments ont été détruits, dont des maisons. "Nous disons aux gens de gagner les hauteurs au cas où il y aurait d’autres vagues. Nous avons l’habitude que des cyclones frappent l’île mais ça, c’est nouveau", a-t-il dit.
 
Les agences géologiques, dont l’australienne et la japonaise, ont mesuré le séisme à 8,1. L’estimation préliminaire de l’Institut de surveillance géologique américain (USGS), de 7,6, a été révisée à la hausse à 8,0. La secousse initiale a été suivie, sept minutes plus tard, par une deuxième secousse, un grosse réplique de réajustement, située plus à l’ouest et d’une magnitude de 6,7, selon l’USGS.
 
Gary Gibson, du Centre sismologique international, a précisé que ce séisme était le plus violent dans les Salomons depuis 1900. La faille, a-t-il estimé, a probablement couvert une superficie de 10.000 km2, soit une zone de 100 km sur 100 km (une distance moyenne habituelle pour un séisme de cette puissance). Cela reste largement inférieur à la faille de 1.300 km qui avait été repérée lors du séisme de décembre 2004 au large de l’île indonésienne de Sumatra. Et oui, quand on monte de 1 en magnitude, on multiplie par environ 10 la longueur de la faille mise en jeu et on multiplie par environ 31.62 la puissance énergétique du tremblement de terre…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s