Aaron – Artificial Animals Riding On Neverland

Ce début d’année est pour moi riche en découvertes musicales. On les entend depuis quelques semaines ou quelques mois, mais le grand public et certaines radios commencent à s’intéresser à eux. La première de ces découvertes est Aaron… Il est de ces albums dont on sait à la première écoute qu’ils vont nous accompagner et nous habiter pour un bon moment. Cet album d’Aaron en fait sans aucun doute partie! Découvert dans la BO du film « Je vais bien ne t’en fais pas », film français surprise de l’automne dernier et coup de coeur de nombreux spectateurs (meilleur film français de l’année 2006 pour les lecteurs de Studio); cet album « Artificial Animals Riding On Neverland » est une réussite totale flirtant avec les univers de Coldplay, Radiohead, ou de Massive Attack… De bonne références, c’est peu de le dire! Du Trip Hop de très haute qualité!
Aaron a une voix grave et envoûtante, toujours un peu cassée et sur le fil du rasoir qui devrait séduire un public nombreux. On écoutera bien évidemment en priorité la chanson U-Turn (Lili), musique du film, absolument sublime (le plus beau slow que j’ai entendu depuis bien longtemps!). Mais il ressort des 13 titres de cet album une vraie mélancolie, une tristesse palpable à chaque instant. Ainsi on se laissera porter par le rythme entêtant de Blow, par le blues de Strange Fruit, mais c’est Angel Dust qui est une pure bombe, le joyau absolu et irrésistible de cet album. Le Tunnel d’or, seul titre de l’album en français, est également superbe. Mais War Flag, Endless Song, Beautiful Scar, Little Love ou Last Night Throughts sont également excellents. Bref, pas grand chose à jeter de cet album vraiment magnifique. L’ensemble de l’album possède une véritable cohérence, un univers, un son à découvrir d’urgence!
Pour en savoir plus sur Aaron, consultez son site Internet
Les paroles du Tunnel d’or:
Regarde il gèle la sous mes yeux
Des stalactites rêvent trop vieux
Toutes ses promesses qui s’évaporent
Vers d’autre ciel vers d’autres ports

 

Et mes rêves s’accrochent à tes phalanges
Je t’aime trop fort ça te dérange
Et mes rêves se brisent sur tes phalanges
Je t’aime trop fort
Mon ange mon ange
De mille saveurs une seule me touche
Lorsque tes lèvres effleurent ma bouche
De tous ses vents un seul m’emporte
Lorsque ton ombre passe ma porte
Et mes rêves s’accrochent à tes phalanges
Je t’aime trop fort ça te dérange
Et mes rêves se brisent sur tes phalanges
Je t’aime trop fort
Mon ange mon ange
Prends mes soupirs donne moi des larmes
A trop mourir on pose les armes
Respire encore mon doux mensonge
Que sous ton souffle le temps s’allonge
Et mes rêves s’accrochent à tes phalanges
Je t’aime trop fort ça te dérange
Et mes rêves se brisent sur tes phalanges
Je t’aime trop fort
Mon ange mon ange
Seul sur mon sort en équilibre
Mais pour mon corps mon coeur et libre
Ta voix s’efface de mes pensées
J’apprivoiserai ma liberté
Et mes rêves s’accrochent à tes phalanges
Je t’aime trop fort ça te dérange
Et mes rêves se brisent sur tes phalanges
Je t’aime trop fort
Mon ange mon ange

 

Publicités

Une réflexion sur “Aaron – Artificial Animals Riding On Neverland

  1. Salut Lionel, merci pour ton passage et ton petit com\’, hier j\’étais sur la route en début de soirée, c\’était l\’occasion d\’écouter la radio EUROPE2 sur 400 km, la dernière fois que ça m\’est arrivé j\’étais chez une copine un soir de l\’été dernier. A quelques pas de chez moi ils ont présenté Aaron, c\’était la dernière chanson que j\’ai eu le temps d\’écouter avant d\’éteindre le poste. Un groupe à découvrir et un film aussi par la même occasion, merci.
    Ainsi ton métier a à voir avec les tremblements de terre, j\’habite sur une zone sismique, il y en a pas mal en France… il n\’y a pas si longtemps (ça va faire 4 ans jour pour jour) j\’ai vu le mur de mon salon tanguer comme si ma maison était un bateau qui chaloupait sur une vague. Mon premier réflexe a été d\’ouvrir la fenêtre et de regarder en direction de l\’aéroport et voir si un avion n\’était pas à l\’origine de cette onde de choc. Les voisins étaient dans la rue et discutaient, une petite frayeur relayée dans les médias avec les images d\’un immeuble fissuré et évacué dans la nuit, cette nuit là à Colmar…
    Au plaisir
     
    Abel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s