Le marché de la musique encore en baisse en 2006…

Le chiffre d’affaires (gros hors taxe) des ventes de disques (singles, albums et vidéos musicales) en France a baissé de 13 à 14% en 2006 pour un montant de 800 millions d’euros, selon des chiffres provisoires annoncés mardi à Paris par le Syndicat national de l’édition phonographique (Snep).Cette chute des ventes physiques n’a pas été compensée par les ventes sur le marché numérique (internet et téléphonie mobile) dont chiffre d’affaires (gros hors taxe) se monte à plus de 40 millions d’euros, soit une progression de 30%, selon des chiffres provisoires.
« C’est une progression importante mais elle est loin de compenser la perte physique pour 2006, qui est plus forte qu’on pensait puisqu’en 2005, on n’était pas loin d’une stabilisation du marché », a commenté Hervé Rony, le directeur général du Snep, qui dévoilera l’intégralité des chiffres de 2006 le 22 janvier à Cannes, lors du Midem (Marché international du disque et de l’édition musicale). En 2005, le chiffre d’affaires (gros hors taxe) des ventes de disques avait baissé de 2,6% par rapport à 2004. En quatre ans, le marché a connu une baisse de plus de 40%, que les producteurs attribuent essentiellement à l’échange gratuit de fichiers musicaux sur internet via les réseaux « peer to peer » (P2P).
Et ben voyons! Il a bon dos le P2P, et personne ne s’interroge sur la qualité de ce qui est proposé sur les principales radios en France qui diffusent en boucle les star académiciens, les variétés sirupeuses et autres musiques RnB toutes construites sur le même modèle, sans recherche artistique. Malgré une érosion des ventes, ceux qui continuent à vendre proposent quelque chose de différent (Bénabar, Ruiz, Farmer dans une moindre mesure car non diffusée par les radio). Les maisons de disques se sont décrédibilisées en vendant pendant trop longtemps des albums de qualité médiocre, résultat le public n’a plus envie d’acheter de la musique… Les méthodes marketing sont à revoir d’urgence!
Au détail, le marché des ventes physiques représente 1,3 milliard d’euros TTC, en baisse de 11,8%, pour une centaine de millions d’unités vendues. Le chiffre d’affaires des ventes de musique sur internet au détail est de 25 millions d’euros, soit une progression de 45%, pour 28 millions de titres vendus. Les chiffres des ventes au détail pour la téléphonie mobile ne sont pas connus. Grâce notamment au marché des sonneries, la téléphonie mobile représente toujours une large part des ventes numériques par rapport à internet (environ les deux tiers), une situation spécifique à la France. Enfin, la part du répertoire français représente toujours une large part des ventes de disques, supérieure à 60%.
Tant que l’industrie du disque n’aura pas compris qu’il faut supprimer les DRM qui empêchent la libre copie des morceaux achetés sur le net sur des CD ou des lecteurs MP3, elle n’arrivera pas à relever la tête et continuera à s’effondrer… Et que dire des prix, un euro par morceau alors qu’aux Etats-Unis, c’est un dollar le morceau (soit, grâce au change, une marge de 30% supérieure en Europe par rapport aux USA… Enfin on va dire 20% en tenant compte des taxes). Certains doivent commencer à regretter d’avoir refusé la licence globale lorsqu’elle avait été proposée. En tout cas, le système actuel, totalement répressif pour lutter contre le piratage ne fonctionne pas. Les maisons de disque vont devoir trouver d’urgence d’autres méthodes, car en plus avec ces procès très impopulaires, elles se sont mises le public à dos. Public qui n’a plus l’intention de leur faire de cadeaux…
En attendant, vous avez le droit (il est même vivement conseillé) de boycotter les albums de Johnny qui non seulement fait subventionner ses concerts aux collectivités locales (avec NOS impôts!) mais en plus s’expatrie en Suisse pour ne pas payer SES impôts… Tout simplement scandaleux.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s