Le Panama vote oui à l’élargissement du Canal

 
Un article passionnant de Latinreporters:
Pour la première fois depuis son inauguration, en 1914, le canal de Panama sera élargi afin de répondre à l’augmentation du gabarit des navires. Les Panaméens ont approuvé dimanche par référendum avec 78% de oui, mais avec une forte abstention, les travaux prévus de 2007 à 2014 pour un coût de 5,25 milliards de dollars.

Prévoyant notamment le creusement de deux tranchées de 8 et 3 km de long sur 200 m de large, le projet d’élargissement a été élaboré par l’Autorité du canal de Panama (ACP), puissant organisme public autonome, sorte d’Etat dans l’Etat fort de 9.000 employés et héritier des techniques américaines de gestion.

Cinq pour cent du commerce mondial passe par les 82 km du canal. Mais pour calibrer sa véritable dimension, Stanley Muschett, administrateur de l’ACP, souligne qu’y transitent aussi 68% des marchandises traitées dans les ports des Etats-Unis, 23% du commerce extérieur chinois et 16% du japonais.  Entre 13.000 et 14.000 navires franchissent chaque année le canal, ce qui assure une facturation estimée pour 2006 à 1,4 milliard de dollars. Mais présentant à certains endroits une largeur d’à peine 32 mètres, le canal souffre de la course aux énormes gabarits, le transport maritime misant de plus en plus sur les bâtiments post-Panamax, qualifiés ainsi car surpassant les normes actuelles du canal de Panama.

Ouvert, lui, aux post-Panamax, le canal de Suez devient une alternative au canal de Panama dans le commerce maritime entre l’Asie et la côte Est des Etats-Unis, malgré trois jours supplémentaires de navigation. Le canal de Panama est aussi concurrencé par l’intensité des liaisons routières et ferroviaires Est-Ouest aux Etats-Unis, option que le Mexique voudrait également développer. Le Nicaragua vient en outre d’annoncer l’étude de sa propre liaison interocéanique.

La construction d’une nouvelle voie de navigation approuvée dimanche par référendum permettra au canal de Panama d’accueillir des navires de 386 m de long, 49 m de large et 15 m de tirant d’eau (contre 294 m de long, 32 m de large et 12 m de tirant d’eau actuellement).

L’ACP affirme que l’aménagement du canal n’alourdira pas la dette de l’Etat, car les investissements seraient couverts d’une part par les péages (dont la hausse annuelle serait de 3,5% au cours des 20 prochaines années) et, d’autre part, par un crédit avalisé par l’ACP elle-même, qui jouit sur les marchés financiers internationaux d’une confiance supérieure à celle octroyée à l’Etat panaméen. Toujours selon l’ACP, les marchandises transitant par le canal passeraient de 290 millions à 600 millions de tonnes par an et les revenus du péage de 1,4 milliard de dollars cette année à 6 milliards de dollars d’ici 2025. Les promoteurs de l’élargissement ajoutent que l’augmentation des recettes dégagerait plus de fonds pour des programmes sociaux. Sept mille emplois nouveaux et quarante mille autres induits pourraient en outre être créés.

De nombreux Panaméens (surtout les indigènes) croient n’avoir pas bénéficié du transfert de propriété entre les Etats-Unis et le Panama. Ils estiment qu’une oligarchie locale s’est substituée au pouvoir américain sur le canal. Principal défenseur du non, le FRENADESO (Front national pour la défense des droits économiques et sociaux) a regroupé des dizaines d’organisations populaires. Il prétend que les milliards qui vont être dédiés au canal seraient mieux utilisés dans des investissements sociaux immédiats (écoles, routes, hôpitaux, chantiers publics) qui soulageraient la pauvreté dans laquelle vivent quelque 40% des 3,2 millions de Panaméens.

Dans son message adressé à la nation après le scrutin, le président Martin Torrijos a néanmoins promis que les bénéfices du canal serviront à honorer la dette sociale, à améliorer les conditions de vie des nombreux Panaméens qui sont dans le besoin.

Je sais c’est un sujet très technique, très "géographie des transports". Mais c’est vraiment intéressant. Les grandes infrastructures doivent se moderniser, s’adapter aux nouvelles normes pour ne pas perdre leur rang. En toutcas, quand on voit ce qu’un canal peut avoir comme rôle économique, on peut aussi regretter le blocage du projet de Canal Rhin-Rhône qui aurait évité que Lyon ne devienne un cul-de-sac et qui aurait pu devenir un moteur pour l’économie lyonnaise (mais aussi redynamiser le port de Fos) en reliant la ville aux grands canaux du nord de l’Europe. Il aurait eu aussi des vertus écologiques en offrant une alternative au transport routier pour les matériaux lourds et non périssables… 

Publicités

2 réflexions sur “Le Panama vote oui à l’élargissement du Canal

  1. C k0rrec x l\’elargir mais ki ira le faire ki va d0nner l\’$ b0uche? c les gring0s kg v0nt travailler 0u ben les panameens p0ur un miserable payement.ceux Ki 0nt Accepté Dapre M0i Ce S0nt Les Riches

  2. Tout à fait d\’accord avec toi.
    Je ne crois absolument dans la volonté des grands groupes américains de vouloir enrichir les populations d\’Amérique centrale ou du sud!
    Ce sera un plus économique pour le Panama, mais peu dans la population en profiteront…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s