2007: Et si l’élection se faisait sans Ségo et sans Sarko ?

 
Je sais ce que vous allez me dire… Compte tenu des sondages actuels, je divague, il faut que j’arrête de fumer… Et pourtant, rien n’est encore joué et l’on pourrait avoir des surprises.  Après tout, ce ne serait pas la première fois que les médias nous vendent un duo du second tour qui finalement n’a pas lieu. Bon, d’accord pour 2002, on s’en serait bien passé des mauvaises surprises, mais après tout rien n’est joué, même pas la désignation des candidats! Car dans cette phase à haut risque dans laquelle nous entrons, ce ne sont pas de leurs ennemis que les deux candidats choisis par les médias doivent se méfier, mais bien de leurs "amis" (disons plutôt des membres de leurs camps!).
 
A droite d’abord… Sarkozy traverse à l’heure actuelle pas mal de turbulences. Oui, son bilan au ministère de l’intérieur n’est pas si bon que ça (on peut même dire qu’il est mauvais, mais là je suis partisan). Son système de communication commence à avoir des ratés et tout le monde commence à décrypter ses grosses ficelles: il accuse les autres d’être responsables de ses manquements et de ses mauvais résultats, il ne répond jamais directement aux questions qui gênent des journalistes et pose une autre question derrière qui généralement appelle une réponse évidente et démago permettant de mettre en avant sa soi-disant action, il occupe tous les jours ou presque la scène médiatique pour donner l’impression qu’il n’y a que lui à droite… Oui mais voilà, à force d’être trop présent, c’est l’overdose et pourtant il est trop tard pour revenir en arrière, car ça ne manquerait pas de désorienter l’éventuel électeur. Du coup, à droite, ça bouge un peu chez ses opposants. Villepin qui semblait plombé par les mauvais sondage pourrait rebondir si la reprise économique se confirme et si le chômage baisse (même si les chiffres officiels sont largement faux…), Michèle Alliot-Marie est elle sur la rampe de lancement et si Juppé s’impose haut la main à Bordeaux (ce qui ne devrait manquer de se produire tellement cette ville est conservatrice), il pourrait lui aussi revenir dans la course. Bref, une baisse de forme de Sarkozy et tous les chiraquiens ne devraient pas manquer de le flinguer pour s’imposer à sa place. Et certains députés de droite qui l’ont rejoint plus par obligation que par adhésion ne devraient pas manquer de le trahir. Après tout Balladur, porté par d’excellents sondages et aidé par Sarkozy, s’était présenté face à Chirac en 95. Sarkozy n’est donc absolument pas certain d’être encore là en mai 2007…
 
A gauche ensuite, la situation est peut-être encore plus incertaine pour Ségolène Royal, mais les 3 semaines qui viennent seront décisives et devraient permettre d’y voir plus clair. En effet, elle ne peut développer un programme qui lui est propre puisque le programme du PS a déjà été voté, avant même la désignation du candidat, empêchant tout débat digne de ce nom… Au PS les candidats sont nombreux et le fait qu’une femme fasse la course en tête énerve tous les vieux pachydermes… Fabius qui espérait surfer sur son non scandaleux et irresponsable à la constitution européenne est complètement out et ne contribue qu’à brouiller les cartes. Lang est sympa mais il restera toujours un second couteau. Jospin, telle Blanche Neige, rêve qu’on vienne le réveiller pour le faire revenir, le problème c’est que plus personne ne veut de lui, il appartient au passé, à l’ancienne génération et ne répond certainement pas au besoin de changement réclamé par les français… Enfin bref, qu’il continue d’attendre son prince charmant, car nous on n’a pas besoin de lui! Le problème c’est qu’il garde un fort pouvoir de nuisance au sein du PS. En outre, les sondages sur les sympathisants de gauche ne représentent pas le vote des membres du PS. Rien ne dit que le résultat sera conforme à celui attendu. Restent les deux favoris, ceux qui ont pour moi le message le plus intéressant, Ségolène Royal et Dominique Strauss-Kahn. Royal est en tête, pourtant rien ne dit qu’elle sera désignée par les membres du PS et si elle veut l’emporter elle sera probablement contrainte de vaincre dès le premier tour, car au second tour tous les éléphants vont évidemment s’allier pour la battre… 
 
Bref entre le Tout sauf Sarko à droite et le Tout sauf Ségo à gauche, les deux candidats plébiscités par les médias, pourraient bien couler avant même le lancement de la campagne. Et même s’ils s’imposaient chacun dans leur camp, rien ne dit qu’ils seront au second tour. Une fois de plus, les médias tiennent trop compte des sondages et ne font pas suffisamment preuve de prudence. La route sera longue jusqu’au second tour de la Présidentielle et je suis certain que les surprises et les imprévus seront encore nombreux!
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s