L’après pétrole…

 
Alors que depuis quelques jours le dossier du nucléaire iranien semble se calmer, le prix du pétrole est revenu à son plus bas niveau depuis cinq mois. On verra dans les jours qui viennent si le prix de l’essence descend effectivement. On ne peut nier ce paradoxe, lorsque le prix du pétrole monte, celui de l’essence augmente immédiatement, alors que quand il baisse, celui de l’essence met une à deux semaines pour baisser à son tour. Ce sont les paradoxes de nos chères compagnies pétrolières…
 
Plus globalement, cette période d’essence chère doit sérieusement nous fair réfléchir à l’après pétrole. Une fois n’est pas coutume, la France est à la traîne sur ses partenaires européens et le gouvernement actuel ne semble pas vouloir faire de ce dossier crucial sa priorité. Notre pays est l’un des derniers en Europe à interdire les bio-carburants. Normal, les rentrée fiscales liées au pétrole sont trop importante pour songer à autoriser l’essence à base de colza…
 
Pourtant les bio-carburants seraient une chance pour la France. D’abord, ils nous permettraient d’obtenir une plus gande indépendance énergétique. La France est l’un des principaux producteurs de colza dans le monde. Ensuite, cela permettrait à nos agriculteurs de se retrouver à nouveau au coeur de l’activité économique ce qui veut dire une valorisation sociale, un nouveau débouché pour leurs produtions et probablement aussi la fin des mises en jachère et le retour à des cultures oléagineuses plus productivistes. Et là forcément, tout n’est pas blanc au pays du bio-carburant… Produire plus, engendrera nécessairement l’utilisation d’OGM aux rendements plus élevés et puis les constructeurs automobiles devront développer des moteurs toujours moins gourmands en carburants car la production ne couvrira probablement pas tous les besoins, à moins de créer des moteurs hybrides: bio-carburants et électricité. En tout cas l’abandon progressif du pétrole aura également l’avantage de réduire les émissions de CO2 et autres gaz dangereux pour la santé de tous.
 
Le bilan des bio-carburants est donc dans l’ensemble très positif et je ne comprends pas pourquoi le gouvernement s’obstine à les interdire. Il y a urgence en terme de santé publique, de niveau de vie de nos agriculteurs et d’indépendance économique de notre pays…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s