Des poissons transexuels à la Maison Blanche…

Voilà une nouvelle de la première importance qui devrait mettre en émoi notre cher George W. Bush… A deux pas de la Maison Blanche, dans le Potomac, fleuve qui traverse la capitale fédérale américaine, des poissons mâles hermaphrodites portant des oeufs ont été trouvés par les chercheurs de l’USGS (United States Geological Survey). Ces poissons ont été découverts par hasard alors que d’autres recherches étaient effectuées… En amont de Washington, le taux de poissons transexuels évolue de 30 à 100%! Lorsque l’on connait l’aversion du président américain pour les transexuels et les homosexuels, cette information pourrait prêter à sourire, mais la cause de ces mutations est malheureusement beaucoup moins drôle…
Nombre de produits chimiques (pharmaceutiques, il y a de grandes usines de production de médicaments autour de Washington, pesticides et herbicides) agissent comme des oestrogènes sur les corps des poissons mâles qui ne savent plus à quel sexe se vouer… On pourrait se dire, voilà on n’a qu’à arrêter de pêcher les poissons du Potomac… mais le problème est que l’eau de ce fleuve sert aussi à l’alimentation en eau de Washington… De là à imaginer George W. Bush se mettre à porter tailleurs et talons hauts et à annoncer son changement de sexe, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas… Quoique…
Plus sérieusement, cette découverte scientifique, pose le problème réel de la pollution des cours d’eau par l’agriculture intensive et l’industrie chimique. Malgré les propos très rassurrants des industriels, cette affaire est bien la preuve qu’il existe des rejets de nombres de produits polluants dans les eaux de nos rivières. Et ce qui est vrai à Washington, l’est tout aussi dans les rivières françaises. Nos agriculteurs abusent des pesticides et insecticides comme le prouve la surmortalité des abeilles et, ces derniers mois, la pollution à plusieurs reprises du Rhône, notamment par des fuites d’hydrocarbures, démontre de graves manquements à la sécurité environnementale dans nos complexes industriels.
Pendant combien de temps, au nom d’un productivisme éhonté, allons continuer à accepter la pollution grandissante et de moins en moins réversible de notre environnement?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s